Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 05:06

 

S’il est établi que Dangnivo n’est plus de ce monde, l’opposition restera campée sur sa position, celle de voir  la main  du système et celle de son chef dans son assassinat. Du côté de la mouvance, c’est l’opposition qui a fait le coup parce qu’ayant en face le bouc émissaire idéal, le régime en place.  Pendant ce temps, c’est la famille Dangnivo qui aura reçu le choc fatal. C’est malheureusement ce qui se prépare actuellement à Dassa autour du jeune Alidjinou Géraud, président du mouvement ‘’Jeunesse unie pour l’éthique dans le Changement.’’ Selon les propres termes du député Dassoundo qui gère le dossier car élu de la localité, c’est à la suite d’une déclaration en faveur de Abt que le jeune leader  fait objet de menaces d’enlèvement. Une situation qui l’a obligé à déposer une plainte auprès de la police et de la gendarmerie contre son bourreau dont il connaît le nom, le visage et le lieu de résidence. Si le docteur Dassoundo a été lui très fin dans son appréciation des faits, d’autres affirment tout de go sentir dans cette affaire une grosse main venue du sommet de l’Etat pour empêcher que le bourreau du jeune Géraud Alidjinou réponde de ses actes devant la justice. Dans le même temps, l’enlèvement  planifié du jeune, serait en cours d’exécution. Le point de vue des jeunes qui ont avant-hier donné une conférence de presse au profit de Boni Yayi, est tout le contraire. Selon eux, ni Yayi, ni Nicaise Fagnon n’est mêlé en rien à cette affaire. Ils soupçonnent l’opposition de vouloir faire des misères à un jeune de leur camp en l’occurrence le sieur Géraud Alidjinou pour réussir à incriminer le gouvernement et son chef. Les deux camps y vont de leurs génies, démonstrations à l’appui pour établir la cupabilité de l’autre. Une situation un peu similaire à celle qu’on vit actuellement dans le dossier Dangnivo avec pour différence que le jeune Alidjinou a encore la tête sur son cou, ses deux jambes en mouvement. Pour combien de temps encore étant donné que le complot politique continue ? C’est pourquoi, il importe maintenant que Tchanéiste et Yayiste enterrent les intentions sournoises dans la commune pour un vrai débat politique qui permettra aux populations de cette localité d’entrer dans les sphères de 2011 avec plus de visibilité quant au choix à opérer pour les élections présidentielles et législatives gages de leur développement. C’est de ce combat-là que Dassa est assoiffé, un combat sain, de paix nourri de grands débats d’idées.

Aboubakar takou

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !