Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 03:57

Il y a quelques semaines, un jeune conseiller technique de Boni  Yayi commettait un crime. Il a dit haut ce que tous les conseillers de Yayi ruminent tout bas contre leur chef. Il a osé démissionner. Ailleurs, sous d’autres cieux où les valeurs morales ont droit de cité,  le jeune Abdou Aboubakari aurait été nourri au prytanée.  Son honnêteté et son courage de prendre ses distances  d’un système qu’il trouve en perdition auraient été salués. Mais aux dernières nouvelles, nous venons d’apprendre de sources dignes de foi qu’un plan machiavélique digne de la colère des grands patrons du régime a été soigneusement conçu pour faire regretter au jeune conseiller  son acte. Ce plan dans son volet A consiste à mobiliser toute la presse contre le jeune conseiller en lui collant à la peau un montage immonde d’escroquerie pour que les journaux ventilés dans le nord du Bénin en l’occurrence à Parakou aident à le fragiliser.  Le plan B, lui se passe de tout commentaire. Abdou Aboubakari se doit maintenant de redoubler de vigilance pour échapper aux thuriféraires du régime. Il  faut souligner que si on en est arrivé là, c’est simplement parce que le conseiller  n’a pas revu sa position malgré les conciliabules, négociations, pressions et le chantage, arme favorite du système en place qui devait l’obliger à ravaler sa vomissure en niant les propres thèmes de sa lettre de démission. Voilà pourquoi le ciel du Changement se prépare à tomber sur la tête du jeune politicien. Et pour curieux que cela puisse paraître, c’est deux personnes parmi la multitude de collaborateurs que compte Yayi qui sont à la base de ce plan funeste contre Aboubakari.  C’est d’ailleurs pourquoi, il a été très facile pour l’ex-conseiller de Yayi d’être mis au courant avec  fort détails des différentes phases du plan monté contre sa personne. Du côté de la victime, de sources concordantes, il s’est déjà rapproché de ses parents au Nord qui de cœur avec lui attendent simplement qu’un seul cheveu de leur fils soit déplacé pour montrer de quoi Parakou est capable contre un régime. L’affaire Abdou Aboubakari  peut bien coûter à Boni Yayi un échec cuisant dans la cité des Koburu à la prochaine joute électorale. A force de vouloir toujours descendre pour s’occuper des détails, il est très facile de s’enliser soi-même et se demander pour la recherche de quelle victoire, on s’est mis dans un tel pétrin. ‘’A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.’’ disait Pierre Corneille dans le Cid

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !