Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 05:42
Le week-end écoulé, le président de la Boad, Abdoulaye Bio Tchané était en tournée dans le Septentrion. Et d’après les informations recueillies auprès de nos envoyés spéciaux sur le terrain, la sortie de l’ancien ministre des Finances du général Mathieu Kérékou a mobilisé un monde fou. Des militants de partis politiques, d’associations et de mouvements de jeunes et de femmes et des curieux sont sortis pour porter en triomphe leur protégé. Mais il convient de faire remarquer que cette fête aurait pu connaître un échec pour les ‘’Abtistes’’ si certains cadres du Septentrion avaient accepté de jouer le jeu de Boni Yayi. De Sources crédibles, informé de la sortie de Tchané, Yayi aurait mobilisé certains cadres des régions à parcourir pour leur demander de mettre tout en œuvre pour faire échec à cette sortie. Mais contre toute attente, une fois sur le terrain, ces derniers ont décidé de réfléchir sur la mission à eux confiée par Yayi au lieu de passer aveuglement à l’acte. Réunis dans la résidence du prefet, ils ont passé aux peignes fins les recommandations du chef de la mouvance pour l’accomplissement de cette mission. Après de longues discussions, ces cadres députés et autres militants Fcbe ont désapprouvé les décisions du chef de l’Etat et par ricochet ladite mission. Ils ont trouvé indigne de saboter la sortie du président de la Boad qui dans son périple était reçu par toutes les autorités des localités traversées sans oublier les pluies de bénédictions qu’il recevait des responsables religieux. A leur entendement, ils auraient souhaité que le chef de l’Etat, après le départ de Tchané, mobilise les Fcbe pour donner une donner une réplique à la hauteur de cette sortie de Tchané. Résultat : ils ont boycotté la mission faisant désormais preuve de bon sens et du respect de l’adversaire. Les autochtones, de leur côté habitués aussi à ces genres de surprises, avaient déjà pris leurs dispositions pour parer à ces éventualités. C’est ainsi que lorsque parmi les envoyés de Yayi, un membre du groupe a voulu remuer les oreilles, il a été hué et presqu’humilié. Comme quoi, il arrive toujours malheur aux traites qui trahissent les décisions du groupe. Voilà qui est clair, les cadres proches de Yayi ne veulent plus jouer aux apprentis sorciers pour des causes indécentes. Désormais, il revient au chef de la mouvance de revoir sa politique de destruction de ses adversaires politiques car cette désapprobation de ses missionnaires doit constituer pour lui en fait, un signal fort pour la fin de son mandat et surtout pour mars 2011. Affaire à suivre…

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Société
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !