Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 08:07

Chancelle Ablet (stag)

 

Ceci est une histoire vraie qui s’est déroulée à Allada il y a à peine deux semaines. Tous ceux qui doutent peuvent en avoir confirmation auprès des instances et des acteurs judiciaires de Cotonou. Ceci est une histoire qui pour vraie qu’elle soit, est à peine croyable tant elle révèle la capacité de l’être humain à se transformer en un monstre innommable. Ceci est une histoire qui doit nous emmener à sonder notre humanité pour en connaître ses limites. Voici l’histoire. Monsieur K. est un polygame. Il est marié à deux épouses. Monsieur K. est un homme désargenté. Autrement dit, cet homme traverse et vit, avec ses deux épouses, une galère dont il ne voit pas l’issue. Bref, Monsieur K. est pauvre comme Job. Pour essayer tant bien que mal de sortir de sa misère, il concocte avec ses deux épouses un plan d’enrichissement d’une monstruosité innommable. En quoi consiste le plan ? Il s’agit de faire en sorte que deux de ses enfants soient victimes d’accident de circulation afin que sa famille à lui perçoive les frais d’assurance. Et pour ce faire, chacune des deux femmes doit ‘’donner’’ un enfant. Ordre de mariage oblige, c’est à la première femme qu’il est revenu le soin de livrer un de ses enfants. C’est donc ainsi que Monsieur K. prit l’enfant choisi et l’emmena au bord de la route à un endroit peu fréquenté par des piétons. Il se positionna au bord de cette route tout comme s’il souhaitait la traverser avec son enfant. En réalité, Monsieur K. attendait la voiture ‘’idéale’’ pour accomplir son diabolique plan. Quand la voiture sur laquelle il porta son choix arriva enfin, il calcula assez bien la distance qui les sépara, son enfant et lui, de cette dernière. Et d’un coup de main assez discret mais ferme, il poussa son enfant contre la voiture. Ce qui devait arriver arriva : l’enfant entra en collision avec la voiture et rendra l’âme sur le champ. Après des simulacres d’expression de douleur et tout le protocole qui intervient à la suite d’un tel drame, Monsieur K. entra en possession de la prime d’assurance après toutes les formalités requises. Ladite prime a été partagée entre lui et ses deux épouses. Après plusieurs mois, Monsieur K. entreprit de renouveler l’expérience telle que cela avait été convenu avec ces deux femmes. Mais cette fois-ci, c’était au tour de la seconde femme de livrer l’un de ses enfants. Ce qui fut fait. C’est ainsi qu’avec le second enfant, il rééditât le même topo qu’il avait effectué avec le premier enfant. Tout allait se dérouler conformément au plan arrêté si la seconde femme acceptait la mort de son enfant avec stoïcisme et sadisme telle que l’avait fait la première femme quand son enfant trouva la mort. A la vue du cadavre de son enfant, la seconde femme piqua une crise de nerf et courut tout droit à la brigade de gendarmerie pour dénoncer leur plan machiavélique. Aussitôt informé, le commandant de brigade procéda à l’arrestation de Monsieur K. et de ses deux épouses en invoquant le flagrant délit. Le procureur de la République du Tribunal d’Allada a ordonné le renvoi à la Cour d’assise à Cotonou. La date de l’audience reste à être déterminée. Mais en attendant Monsieur K. et ses deux épouses sont sous les verrous. Voilà donc racontée la démoniaque histoire de Monsieur K. et de ses deux épouses. A chacun de méditer sur cette affaire.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !