Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 04:06

Le Bénin comme tous les autres pays du monde entier, a célébré la Journée internationale de lutte contre le Sida le 1er décembre dernier. Journée marquée par divers événements dont des marches pour attirer l’attention des uns et des autres sur cette pandémie qui fait des millions de morts de par le monde. C’est ainsi qu’on a assisté hier à la marche des enfants de parents atteints ou orphelins pour demander plus d’attention à leur égard à un moment où les centres qui essaient de leur porter secours ont fermé leurs portes. Malgré leurs différentes doléances afin qu’on puisse revoir la situation, rien n’a été fait. Même le ministre de la famille et de la solidarité nationale, Marie-Joe Mèba Djossou, n’a daigné leur faire un clin d’œil en ce qui concerne l’amélioration de leurs conditions, ont-ils laissé entendre. Or ne pas rouvrir ses centres est comme condamner à mort ces nombreux orphelins et enfants dont les parents sont atteints du sida. Cette évocation en dit long sur l’état d’âme de ces enfants qui se plaignent, qu’outre les structures qui devraient s’occuper d’eux et qui n’ont rien fait, le ministre Mèba Djossou en fasse autant. Le fait que des enfants interpellent un ministre sur son devoir est inédit et donne à réfléchir car en tant que ministre en charge de la famille et de la solidarité nationale, c’est de son ressort de se préoccuper du sot de ces enfants qui normalement devraient être dans leurs centres et non dans les rues à demander plus d’attention et surtout des centres qui leur donnaient du réconfort. Lorsqu’un adulte fuit ses responsabilités, c’est le petit enfant qui le ramène à l’ordre. Quoi qu’on dise, la revendication de ces enfants est légitime vu leur situation car « quand on a mangé salé, on ne peut plus manger sans sel » dit un proverbe africain.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !