Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 05:54

Elu en 2006 avec plus de 75% du suffrage exprimé, Boni Yayi incarnait l’espoir de tout un peuple qui aspirait réellement au  changement. Mais après 4 ans de gestion du pouvoir,  le bilan est là, décevant. Ce qui aura le plus décrédibiliser Yayi et son régime, ce sont les nombreux scandales qui l’ont éclaboussé puis  dernièrement les  élans dictatoriaux observés dans le pays. La déception des attentes ajoutées à tous ces faits, compromettent dangereusement les chances de Boni Yayi de rempiler en 2011. Au-delà de tout cela, il y a des ministres qui travaillent copieusement pour son départ.  En tête de peloton, il y a la ministre Mèba  Djossou  qui est  décriée même à Banikoara. Pour cause, au moment où les populations   traversent une période difficile pour fait d’inondation, elle n’a pas du tout été présente à leur chevet si ce n’est suivre la délégation gouvernementale qui avait effectué le déplacement. Cette indifférence, les populations ne le lui ont pas pardonné et ont promis se venger en 2011 contre leur fille ministre à travers leur désolidarisation de Boni Yayi. L’autre ministre qui travaille à sa manière pour faire partir Yayi  est le docteur Issifou Takpara  qui a choisi briller par sa transparence. A part la gestion du ministère de la santé, on ne le voit nulle part. Selon certaines indiscrétions, il préfèrerait s’occuper de son cabinet privé  que de se décarcasser pour le régime Yayi. Le ministre Baba Body quant à lui, a rejoint la liste lorsqu’il a choisi de se taire au sujet de l’affaire de location de la maison de la famille de Trinidade dont il était avant son entrée au gouvernement l’avocat conseil. En agissant ainsi, il a gagné le mépris des populations qui ne manqueront de manifester leur mécontentement contre Yayi en son temps. En ce qui concerne le ministre Badarou, déjà sa présence au gouvernement du Changement,  est source de polémique compte tenue de son passé peu reluisant et de la façon dont il gère le ministère dont il a en charge. D’un autre côté,  il y a longtemps que le ministre Noudégbessi a scellé par ses agissements le sort de son maître. On se rappelle comme si c’était hier, la manière dont il a été traité dans l’affaire Cen-Sad alors qu’apparemment tout l’accablait. Le fait de revenir au gouvernement après en avoir été  sorti, a démontré à la face du monde qu’il y a anguille sous roche, du clair-obscur. Chose que les Béninois n’aiment pas. Le ministre Candide Azannaï, lui est venu s’ajouter à la liste pour les déclarations qu’il a faites à la face du monde au sujet de l’affaire Dangnivo sans oublier que les populations n’ont pas oublié les  propos antérieurs qu’il a tenus contre le gouvernement auquel il appartient aujourd’hui. Cela montre à tout point de vue que ni lui ni le gouvernement ne sont crédibles et donc n’offre aucune chance à Boni Yayi de rester au pouvoir. Celui qui ferme la marche, c’est le ministre de l’environnement, Justin Adanmayi pour sa transparence légendaire et la façon dont il a géré le dossier de l’Onab. Depuis son entrée au gouvernement,  aucune action à son actif au profit des populations. C’est comme s’il n’a jamais été ministre et cela ça se paie cash, ongle sur rubis dans les urnes. Le docteur Boni Yayi sachant maintenant que le ver est dans le fruit, c’est à lui de prendre ses dispositions pour corriger le tir. Faudra-t-il déjà qu’il ait l’opportunité.

Jean kplingla

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !