Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 02:51
Romuald Tchoukpa C’est par la commune d’Agbangnizoun que Francis Aguénoukoun, président du parti du peuple pour un nouvel Espoir (Ppne) a entamé sa tournée de mobilisation et de sensibilisation le samedi 15 janvier dernier. L’homme à travers cette rencontre initiée avec les responsables à divers niveaux de la commune à savoir les chefs de quartier, de village et d’arrondissement, ainsi que les sages, notables, femmes et jeunes de la localité, a prêté une oreille attentive à toutes leurs préoccupations et rassuré les uns et les autres de ce que le chef de l’Etat, le Dr Boni Yayi saura donner solutions à leurs problèmes. Selon lui, l’heure est plutôt au renforcement des actions sur le terrain afin de garantir à l’actuel président de la république une réélection sûre et certaine lors des prochaines joutes électorales. Dans ce cadre, les stratégies de mobilisation et de dynamisation des structures de base ont été passées en revue. Quant aux intoxications et attaques de tous genres colportées ici et là, en l’occurrence l’affaire Icc–Services et l’affaire Dangnivo, Francis Aguénoukoun a été clair : « ces marchands d’illusions n’ont qu’un seul objectif, faire retarder le Bénin qui s’est envolé pour la prospérité ». Ce fut le tour de Agouna, dans la commune de Djidja, d’accueillir le président du Ppne. C’est la maison du peuple de la localité qui a servi de cadre à la rencontre. Après avoir souhaité aux populations en liesse, les meilleurs vœux de santé, paix et prospérité pour 2011, Francis Aguénoukoun a tout d’abord donné la parole aux différents intervenants qui pour la plupart ont mis un accent particulier sur les promesses non encore honorées du président Boni Yayi. Il s’agit entre autres des projets d’électrification, d’installation d’eau potable, de construction de plusieurs infrastructures élémentaires ainsi que la réfection des voies d’accès. Outre le chômage, les jeunes ont aussi souligné l’absence de d’infrastructures sportives favorables à leur épanouissement. A toutes ces doléances, Francis Aguénoukoun a rassuré les militants et sympathisants du parti du peuple pour un nouvel Espoir, de l’engagement du Dr Boni Yayi à donner solution à tous ces problèmes. Il a aussi insisté sur le fait qu’il faille permettre à l’actuel président de faire son second mandat. La nouvelle qui a égayé plus d’un et en particulier les jeunes de Agouna est le démarrage très prochainement d’un tournoi de football doté de coupe qui sera baptisé tournoi Boni Yayi.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !