Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 03:41

La crise politique qui secoue le Bénin à la veille de la présidentielle n’est pas prête de trouver un dénouement heureux. Visiblement la médiation conduite par les anciens présidents Emile Derlin Zinsou et Nicéphore Dieudonné Soglo n’a pas servi à grand-chose.  Puisque le point d’achoppement de cette crise qui reste et demeure l’exclusion de certains compatriotes de la réalisation de la Lépi et dont le règlement consiste à voter une loi dérogatoire afin de permettre aux exclus d’être pris en compte a du mal à être appliqué. L’inquiétude des Béninois après la prise de cette décision au sujet de la loi dérogatoire se situait au niveau du temps relativement court qui nous sépare du scrutin du 06 mars. Aujourd’hui, non seulement le délai est plus court mais aussi et surtout que la loi dérogatoire devant sortir le Bénin de cette impasse n’est pas prête d’être votée dans la mesure où elle n’est même pas encore introduite à l’Assemblée nationale. A ce sujet, personne ne sait où se situe la vérité car et la majorité et la minorité parlementaire se rejettent mutuellement le tort. Si le président Nago déclare que la demande de plénière devant consacrer la tenue d’une plénière a été mal formulée, l’opposition parlementaire par contre soutient tout le contraire et ajoute que c’est le camp présidentiel qui fait du dilatoire. Mais de sources crédibles, il apparaît que c’est le président de la Cour Constitutionnelle Robert Dossou qui est chargé de rédiger la loi afin qu’elle soit facilement votée une fois qu’elle serait introduite à l’Assemblée nationale en ce sens qu’il lui éviterait toute possibilité de recours. Finalement, on ne sait plus qui tenir responsable de cette situation. Mais une chose est sûre, ce ne peut pas être l’opposition qui s’est battue bec et ongle pour que les exclus de la Lépi soient pris en compte. Au vu de ce qui s’observe et qui se dit, il ressort clairement que c’est la mouvance cherche à gagner du temps afin que la date du 06 mars retenue pour le premier tour du scrutin présidentiel ne soit pas changé. En témoignent les déclarations des ministres François Noudégbessi et Sacca Lafia et certains membres de la direction de campagne du candidat Boni Yayi qui ont clairement signifié que l’élection présidentielle aura lieu le 06 mars prochain. Le fait que jusque-là, la loi ne soit pas encore introduite à l’Assemblée nationale  corrobore à tout point de vue l’idée d’aller aux élections à ladite date, peu importe les insuffisances graves dont souffre la Lépi. Mais en toute honnêteté, aller aux élections avec cette Lépi serait suicidaire pour la jeune démocratie béninoise. Actuellement, la façon dont sont distribuées les cartes d’électeurs ne garantit pas qu’avant la fin de l’opération de délivrance des cartes, la moitié des inscrits parviendront à retirer leur carte d’électeur. Mieux, il y a des localités entières qui ont été écartées de la liste électorale bien qu’ayant pris part aux trois phases de la Lépi. Dans ces conditions, la seule décision sage qui s’impose à tous est un report du scrutin en vue de corriger les insuffisances de la Lépi et de sauvegarder la démocratie béninoise.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !