Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 07:31

(Encore un maire Fcbe en passe de mordre la terre)

 

On n’a pas encore fini de parler de l’éjection du maire d’Allada qu’un autre maire est en passe de céder son fauteuil. Il s’agit du maire de Tanguiéta, Kouagou Simba, à qui la majorité des 15 membres du conseil communal reprochent un certain nombre d’actes. La remise en cause de certaines décisions du Conseil Communal sans concertation et sans explication aucune, banalisant de ce fait les décisions du conseil communal; la gestion solitaire et opaque des affaires de la commune contrairement à I' esprit de l’article 4 alinéa 2 du décret 2002-293 du 05 juillet 2002 qui stipule que le Maire exerce ses compétences sous le contrôle du Conseil Communal, et de l'article 67 de la Loi 97-029 du 15 janvier 1999 ; la mauvaise utilisation des ressources humaines de la commune par l'instauration d'un système de favoritisme, d'autoritarisme et de tyrannie, alors qu'il est indiqué de promouvoir une politique d'égalitarisme, de transparence et d'humilité pour un bon management et une utilisation efficiente des ressources humaines ; et la préférence marquée de la politique du fait accompli consistant à engager d'importants frais sans l'accord préalable du Conseil Communal; ce sont là quelques uns des huit (08) chefs d’accusation formulés à l’encontre du maire Kouagou Simba dans la lettre en date du 15 juillet 2010 et ayant pour objet la convocation d’une session extraordinaire du conseil communal. Pour les conseillers signataires, ils adressent cette lettre au maire afin qu’ensemble au cours de la session extraordinaire, ils puissent examiner ses actes ayant conduit à des frustrations, créant ainsi un climat hostile à tout dialogue franc et sincère et empêchant toute synergie d'actions des conseillers favorables au développement socio-économique de la commune de Tanguiéta. Là où le problème devient sérieux et irréversible pour le maire, c’est que ce sont les conseillers de son bord politique à savoir les Fcbe, qui sont les plus nombreux à vouloir de sa destitution. Sur les 11 signataires parmi les 15 conseillers de la commune, il y a 7 des 10 conseillers Fcbe qui sont pour et  du côté duG13, 4 des 5 conseillers. Donc, même dans son propre camp, il n’est pas bien vu. On veut tout simplement qu’il quitte son fauteuil pour un autre plus enclin à travailler avec tous les membres du conseil communal afin que la commune puisse connaître un réel développement harmonieux, ardente ambition des députés signataires.  Vu la détermination des conseillers à en découdre avec le maire Kouagou Simba, ce sera un autre coup dur pour le président Boni Yayi à un moment où il est confronté à l’affaire Icc-Services.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !