Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 06:20

Jean kpingla

 

Une belle surprise faite d’un module de 3 classes, c’est ce qu’a promis le ministre des enseignements maternel et primaire, Eric N’Dah, à l’École primaire publique de Banikanni 3. C’était au cours de la descente qu’il a effectuée à Parakou pour l’ampleur de la catastrophe engendrée par l’effondrement de d’un mur d’une salle de classe à l’École primaire publique de Banikanni 3 et aussi soutenir les victimes et présenter les condoléances de la Nation aux parents de l’élève qui est passé de vie à trépas. Un module de 3 classes, c’est un beau cadeau mais cela vient en retard car quand on voit les dégâts engendrés par l’effondrement de ce mur à savoir : un mort et de nombreux blessés, on se dit que cela aurait pu être évité. D’abord, dans sa dynamique de gratuité des enseignements maternel et primaire, l’Etat aurait du doter cette école de ce module beaucoup plutôt au lieu que ce soit l’association des parents d’élèves qui cotisent pour augmenter le nombre de salles de classe non pas en dur mais plutôt en banco. Enfin, vu la responsabilité des autorités dans ce triste événement et les tares de la gratuité dans cette situation, le bon sens aurait fallu que le ministre Eric N’Dah évite le show médiatique qui a entouré sa descente à Parakou. Ce n’est quand même pas à cause des 500 000 Fcfa donnés aux familles des blessés qu’il faut en faire autant. Si les responsables de cette école avaient demandé une somme pareille, ils ne l’auraient pas eu. Il  faut toujours attendre des catastrophes du genre pour voir les autorités se manifester en jouant à la politique du médecin après la mort.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !