Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 00:56

Le directeur de l’Agence de réhabilitation de la cité historique d’Abomey (Archa), Maxime Houédjissin était hier au Palais de la République pour faire le point sur l’état d’avancement des travaux au chef de l’Etat et sollicité dans le même temps son soutien afin que ce projet ne devienne pas un éléphant blanc de plus sous l’ère du Changement. Toujours fidèle à son habitude de ne rater aucune opportunité pour encenser son ‘’patron’’ Boni Yayi, Maxime Houédjisssin a sauté pieds joints dans l’actualité et n’a pas hésité à qualifier son chef de philosophe car ses réflexions sont insondables pour le commun des Béninois a-t-il laissé entendre. Mieux, il a dit être un descendant du célèbre roi Guézo, celui-là qui a inventé l’allégorie de la jarre trouée. Pour cette raison, il est mieux placé que quiconque pour le défendre. En effet, pour la petite histoire, qu’il vous souvienne que lors de son allocution marquant la clôture des travaux du symposium sur le cinquantenaire des pays africains, le président Boni Yayi a dit s’agissant de la jarre trouée de Guézo qui est le logo du regroupement politique ‘’Union fait la Nation’’ qu’il faille maintenant inventer une nouvelle jarre car, celle de Guézo a déjà eu le temps de faire ses preuves ; chose qui n’a pas été du goût des partisans de l’Un en particulier des ressortissants de l’ère culturelle adja-tado se réclamant de la lignée royale d’Abomey. Maxime Houédjissin au lieu de ramener la balle à terre, a préféré donner un coup de pied dans la fourmilière en qualifiant à la suite de son chef les barons de l’Union fait la Nation d’usurpateurs de titre et d’attribut républicains. Maxime Houédjissin devrait savoir en tant que natif d’Abomey, qu’il y a un adage fon qui dit : ‘’il ne faudrait pas qu’en voulant faire coucher le bébé, qu’on le réveille en faisant le zélé’’. Lui qui devrait édulcorer les propos du chef de l’Etat, afin de ménager le camp d’en face, se met à jouer au défenseur du diable. Selon ses propos, ‘’ceux qui ont choisi ce symbole, souillent la mémoire du roi Guézo’’. Plus loin, il ajoute :’’ce que Boni Yayi a dit est philosophique. On ne peut pas choisir ce symbole car il est comme l’hymne national, ou mieux le drapeau du Bénin.’’ Des propos à n’en point douter qui viennent encore aggraver la situation et qui démontrent que les chantres du Changement sont en panne d’inspiration et d’innovation pour épancher la soif du peuple béninois épris de pays.  

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Société
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !