Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 07:38

(elle ouvre la brèche aux fraudeurs)

Annie Léwan

Lorsque certains accusent le gouvernement de Boni Yayi et ses décisions d’être hâtives et parfois  précipitées, il y a des raisons de croire que ce ne sont pas des propos d’opposants ou dénués de sens. Actuellement  le recensement des victimes de Icc-services, étale une fois de plus les limites de la capacité du gouvernement à réagir en période de crise. Pour s’en convaincre, il suffit de faire un tour à la préfecture de Cotonou,  un des points de recensement de ceux qui ont laissé une partie de leur peau quand ce n’est pas carrément leur peau,  dans les promesses de richesses des responsables de Icc-Services,  amis du gouvernement. A la préfecture de Cotonou, pour ne parler que de  ce cas, il est clair que la commission n’a pas compris l’urgence du drame et ne prend d’ailleurs pas son travail au sérieux. A ce stade, il y a de quoi  se demander si ce n’est pas un autre complot contre les intérêts du peuple doublement spolié, qui se prépare. En effet,  après officiellement plus de 5 jours de travaux, donc plus de la moitié du temps  de 10 jours parcouru, le brillant bureau d’enregistrement installé à la préfecture de Cotonou, caracole avec un chiffre mythique  de moins de 700 personnes recensé sur un nombre qui visiblement  ne cesse de croître au jour le jour et qui est en apparence 5 fois supérieurs au nombre déjà enregistré.   Le comble de la fantaisie c’est la gestion artistique du flot continu qui déferle sur la préfecture. Un seul bureau pour enregistrer tout ce monde qui ne décroit pas,  tellement le poste lentement  fonctionne. Tout compte fait, il devrait rester ce vendredi compris  deux jours. On ne sera pas surpris d’apprendre que les dates soient  revues,  afin de permettre à tous les pauvres hères de se faire enregistrer. Une fois de plus c’est ainsi que les choses iront, à moins que la commission n’en décide autrement et empêche ceux qui ne seraient pas dans les délais de se faire enregistrer.

 

Une méthode qui institutionnalise la fraude

En annonçant pompeusement que le délai de recensement serait du 16 au 26 juillet, les hommes de la commission on prouvé qu’il n’avait aucune idée de l’ampleur des dégâts causé par  Icc-services, ce qui est excusable. Mais de n’avoir pas pris les mesures idoines,  une fois avoir constaté le ras de marée qui les submergeait, est la preuve  que le gouvernement précipite ses citoyens dans les mains des malfrats et des individus sans foi ni lois qui ne manquent pas devant une telle aubaine de frapper. En effet,  comment comprendre qu’un trafic de place ne naisse pas dans une telle situation et qu’au passage des délinquants n’ouvrent pas des bureaux  parallèles ? Pire,  que le seul poste ne fasse pas de ce travail temporaire,  une raison pour s’enrichir très vite. Il ne faut pas être surpris de constater qu’avec un tel bureau,  les premiers venus ne  seront pas les plus tôt servis. Bref quand on voit le nombre impressionnant de personnes qui se bousculent dans la cour de la préfecture de Cotonou et l’organisation mise en place, on comprend comment le Changement n’était qu’un vain mot, un concept vide de sens et que finalement ce n’est pas demain la veille du jour où les choses changeront.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Société
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !