Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 05:16

Les grands moments ont toujours constitué partout dans le monde des périodes favorables à une montée en puissance de la criminalité et des actes de vandalisme. C’est pour cette raison que dans les pays qui se respectent, des dispositions sont prises en amont et en aval pour rendre ces moments festifs agréables à tout le monde. Mais comme les pays en voie de développement sont toujours à la recherche de leurs repères et sont caractérisés par l’amateurisme, on comprend aisément ce pourquoi, à l’approche des fêtes, on constate avec amertume une certaine recrudescence de la criminalité.

 

charlesè-élysée e.

Actuellement, nous sommes à quelques semaines de la Noël et de la Saint Sylvestre. Moments privilégiés de frénésie, d’excitation, d’intensification des activités commerciales et de liesse populaire ; mais aussi moment idéal pour perpétrer des actes répréhensibles. Depuis bientôt trois semaines, les populations n’ont de cesse d’être choquées, offusquées et scandalisées par des images dignes des films de sciences fictions qui sont diffusées à longueur de journée sur les chaînes de télévision. Il s’agit pour la plupart de cadavres humains découverts dans des conditions toujours très floues à propos desquels, la police promet toujours de faire toute la lumière. Il y a deux semaines, c’est le corps d’une jeune fille en apprentissage qui a été retrouvé par des puisatiers lors de leur activité. La semaine passée, c’est celui d’une femme mariée qui a été retrouvé à Fidjrossè, le weekend dernier, c’est le corps sans vie d’un jeune homme ‘’rastafari’’ d’origine congolaise qui a été retrouvé et tout dernièrement, à Comè, localité située à environ 70 km de Cotonou, c’est un gardien de nuit d’une quincaillerie qui a été retrouvé hier matin ligoté tel un animal et certainement décédé des suites de ce traitement dont il a été victime. De pareilles découvertes font peur  et suscitent inquiétudes et interrogations, Surtout quand on sait que désormais, la menace plane sur la tête de tout un chacun. Car, on n’est jamais à l’abri. Les ministres de l’intérieur, de la défense et celui de la justice sont interpelés au premier chef. La vie d’un homme est sacré a-t-on l’habitude de dire en Afrique par conséquent, on ne peut fermer les yeux sur ces crimes odieux qui se commettent un peu partout dans le pays. Il urge que les autorités politico-administratives prennent leurs dispositions et fassent arrêter l’hécatombe autrement ce sont des mouches et des charognards qu’ils ne finiront pas gouverner.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Société
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !