Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 22:24


Akkilou Yacoubou

Sur leur invitation, le ministre du travail et de la fonction publique, Gérard Kuassi, s’est rendu hier, jeudi 30 décembre 2010 à la Bourse du travail pour rencontrer les principaux responsables des centrales et confédérations syndicales. Cette rencontre qu’il a appelé séance de travail, lui a permis non seulement d’écouter les différents secrétaires généraux des syndicats sur les problèmes liés à la fronde sociale mais aussi de donner  réponses à certaines revendications soulevées lors des interventions.  En prenant la parole, Gaston Azoua de la Cstb a évoqué quelques problèmes majeurs qui selon lui sont à la base de la fronde sociale qui s’observe par-ci par-là principalement au niveau des paramédicaux ; il a demandé au gouvernement de tendre la main aux grévistes de la santé afin que cessent les nombreux cas de morts que l’on enregistre chaque jour. La mise en place de comités comme celui qui a permis de résoudre le problème des enseignants du supérieur serait salutaire, a-t-il laissé entendre. A la suite, Dieudonné Lokossou de la Csa-Bénin, Kakai Glèlè de la Cosi, les Sg de l’Unstb et de la Csub se sont exprimés. Si le premier tout en évoquant sa solidarité avec leurs collègues de la santé, a dit que le gouvernement peut encore beaucoup de choses en 3 mois, le second s’est attelé à demander plus de lumière sur le rapport des négociations passées et a déploré le fait que rien ne soit prévu pour les travailleurs dans le budget 2011. Les deux derniers qui ont demandé la revue du point indiciaire, la revalorisation de la fonction enseignante, le problème de retraite, ont aussi évoqué les élections professionnelles dont ils ont demandé le toilettage des textes qui les régissent. Malgré l’énonciation de ces revendications, l’ambiance était des plus conviviales. Toute chose qui a permis à l’hôte du jour du ‘’Qg’’ des syndicalistes, le ministre Gérard Kuassi de répondre aux préoccupations évoquées pendant la rencontre. Dans ses propos, il a démontré comment on en est arrivé à la crise du secteur de la santé et a affirmé que l’arrêt qu’ont connu les négociations, est dû à l’élaboration du budget de l’Etat exercice 2011. Il a déclaré que les négociations gouvernement-syndicats vont reprendre entre janvier et février. Tout en saluant la sagesse qui a toujours animé les Sg des syndicats, il a souhaité que dès le 1er janvier 2011 qu’il y ait un apaisement social dans le pays.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !