Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 04:05

Magnidet.jpgAkkilou yacoubou

« La responsabilité des secrétaires de rédaction dans la couverture pacifique des élections de mars 2011 », c’est le thème du séminaire de formation au sujet duquel l’Observatoire de déontologie et d’éthique dans les médias (Odem) avec l’appui de la Fondation Friedrich Ebert a réuni une trentaine d’hommes des médias principalement les secrétaires de rédaction du 20 au 22 octobre 2010 à l’Hôtel bel Azur de Grand-Popo. L’objectif de ce séminaire de formation à l’endroit des secrétaires de rédaction est de renforcer les capacités de ces journalistes en vue des élections de 2011. Pour le président de l’Odem, Marie-Richard Magnidet, dans son allocution lors de la cérémonie d’ouverture le mercredi passé, il s’agit d’approfondir les connaissances sur les textes relatives à la déontologie et l’éthique dans les médias, d’échanger les expériences et de savoir comment aborder les informations en temps d’élection et surtout en ce qui concerne les échéances de 2011 car, a-t-il poursuivi, leur espoir est de faire des secrétaires de rédaction des piliers sur lesquels l’Odem pourra compter pour une amélioration du traitement des informations avant, pendant, et après les élections de 2011. Pour l’envoyé de la Représentante de la Fondation Friedrich Ebert à ce séminaire, Rufin Godjo, il s’agit de rappeler aux secrétaires de rédaction leurs responsabilités afin qu’ils œuvrent pour la diminution des plaintes que reçoit l’Odem pendant cette période car, selon lui, évoquer l’année 2011 laisse entrevoir beaucoup de situations possibles. Et il n’est pas question que la presse soit précurseur de troubles au Bénin, a ajouté le représentant.

 

La formation proprement dite

Quatre communications ont meublé les trois jours de formation. La première journée soit le mercredi 20 octobre a été meublée par les communications ci-après : « Point de la législation en matière de presse au Bénin » par Me Zakari Djibril Sambaou et « Le secrétariat de rédaction : exigences et responsabilités » par Georges Amlon. Au cours de son exposé, Me Zakari Djibril Sambaou a évoqué les textes de loi d’ordre général et ceux spécifiques tels que le Code de déontologie de la presse béninoise qui régissent la profession de journaliste. Il s’agit pour lui de familiariser les hommes des médias avec ses textes car « on ne peut rien faire dans une activité donnée sans en connaître les lois qui  la régissent » a-t-il conclu. Quant au second, il a reformulé son thème comme suit : «Le secrétaire de rédaction : une véritable cheville ouvrière » afin de faire prendre consciences aux participants du grand rôle qu’ils jouent du début jusqu’à la fin du travail de la rédaction. « Le Code de déontologie de la presse béninoise et le guide d’éthique et de déontologie : genèse, contenu et objectif » par Kélani Aliou Adissa et « Les dérives récurrentes dans la presse béninoise et la responsabilité des secrétaires de rédaction » par François Awoudo, ont eu lieu le jeudi 21 octobre 2010. Ces communications ont permis aux participants de s’imprégner avec les textes sur la déontologie et l’éthique, mais aussi de s’informer sur les dérives  récurrentes dans les médias afin de prendre la mesure des choses et ne pas tomber sous le coup de la loi. A la suite des communications, il y a eu les travaux en panel qui se sont achevés le lendemain, vendredi 22 octobre 2010. C’est au terme de ces travaux que les participants ont amendé une résolution finale dans laquelle les secrétaires de rédaction s’engagent à faire convenablement le travail qui est le leur, à ne pas inciter les populations aux troubles et surtout prendre en considération les lois contenues dans le Code de déontologie de la presse béninoise et le guide d’éthique et de déontologie. Par la suite, un mot de remerciement a été adressé à l’Odem et à la Fondation Friedrich Ebert. Le séminaire de formation a pris fin par les allocutions du président de l’Odem et de l’envoyé de la Représentante de ladite fondation, qui ont exhorté les secrétaires de rédaction à traduire en actes dans leur différent lieu de travail les acquis du séminaire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !