Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 03:30

(Ils se sont moqués de Yayi qui descendait sur le terrain avant de prendre des décisions)

 

R.t

La montée des eaux ajoutées aux nombreuses pluies qui se sont abattues sur le pays ont provoqué des inondations sans précédent avec à la clé des dégâts matériels et des pertes en vies humaines par endroit. La situation est dramatique au point où les sinistrés n’ont eu pour point de chute que les établissements scolaires s’ils n’ont pu trouver refuge auprès d’un parent vivant dans un endroit mieux loti et épargné par ces inondations. Un tour dans les différents établissements scolaires à la veille a permis de constater que la tenue de cette rentrée des classes serait incontestablement reportée. Contre toute attente les ministres Chabi Zacharie des enseignements maternel et primaire et son homologue de la formation technique Aké Natondé ont décrété le lundi dernier jour de la rentrée. Finalement, il a fallu le lundi pour que les parents d’élèves, enseignants et autres acteurs du secteur se rendent compte que les deux ministres se foutent pas mal d’eux. Au lieu de descendre sur le terrain avant d’évaluer les dégâts causés par ces pluies, ils sont restés dans leurs quatre murs pour pondre des communiqués à la va-vite comme bon nombre de leurs collègues qui agissent dans la précipitation. Contrairement aux chiffres avancés dans les interventions des autorités, ce sont plutôt plusieurs dizaines d’établissements qui sont inaccessibles pour cette rentrée pour cause d’inondations. Au sud ici, au centre comme dans le nord du pays, les directeurs d’écoles, les parents d’élèves ne comprennent pas ce qui justifie cette décision précipitée de la part des autorités académiques. La raison est simple. Ils ne vivent pas dans les mêmes conditions que ces sinistrés. D’ailleurs, leur progéniture est envoyée à ‘’Bengué’’, c'est-à-dire à l’extérieur pour leurs études.  Donc la situation de ces sinistrés ne les préoccupe guère et la décision précipitée prise évoque à plus d’un titre cette indifférence à l’endroit de ces âmes. Ce qui est sûr, si les deux ministres avaient ménagé 60 minutes de leur précieux temps pour visiter les zones atteintes, il ne fait l’ombre d’aucun doute que leur réaction serait autre. Il faudra attendre le départ de l’eau pour que ces sinistrés regagnent leurs maisons et que les cours commencent réellement sans oublier la fin de la petite saison  pluvieuse que nous traversons et qui est prévue pour prendre fin vers les 15 et 20 Octobre voire même la fin du mois selon les caprices de dame nature. Aujourd’hui le constat  est là. La rentrée a eu lieu à certains endroits, les cours non ! Pour ce qui est des établissements publics, dans la majorité des cas, l’eau et ses habitants (Grenouilles, serpents, têtards moustiques etc…) dictent pour le moment leur loi aux directeurs d’écoles, enseignants  et aux apprenants. Face à cette situation, Félicien Chabi Zacharie et son collègue Aké Natondé doivent revoir leur position si ce n’est pas trop leur demander.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Société
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !