Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 03:23

Ak

Les candidats pour le Hadj 2011 n’échapperont pas aux nuits cauchemardesques sur leur possible départ pour la Mecque ou pas. La traversée du désert continue car le haut commissaire pour le pèlerinage musulman, Rafiou Toukourou, n’a pu combler les attentes placées en lui par le gouvernement et par les pèlerins. Annoncés pour partir depuis des semaines, les pèlerins ont encore une nouvelle fois passé la nuit à Cotonou pour ne pas dire à la Mosquée centrale de Zongo en ne sachant pas à quel saint se vouer car la compagnie avec laquelle le haut commissaire Toukourou a signé un contrat pour le convoyage pour le Hadj 2011 a annoncé son incapacité à assurer le transport des pèlerins béninois de Cotonou à Médine. Devant une telle situation, le gouvernement a décidé de prendre ses responsabilités en résiliant le contrat et en proposant une autre solution de voyage pour les pèlerins. Et à ce qui s’est dit hier sur les antennes de la télévision nationale, le bout du tunnel semble être ce soir ou cette nuit avec les premiers départs. Mais avec les nombreuses annonces de départs, les pèlerins veulent voir avant de croire.

 

Un haut commissariat pour rien ?

Face à cette situation qui n’est pas une première au Bénin car il est arrivé des années où des pèlerinages sur le Cameroun c’est-à-dire que les pèlerins n’ont pu atteindre que le Cameroun avant de revenir au bercail dans leur quête d’accomplir ce 5ème pilier de l’Islam, il convient aussi de s’intéresser au cas de Rafiou Toukourou. En effet, cette situation étale l’incapacité du haut commissaire et montre aisément que l’homme n’est pas à la mesure de la tâche que Boni Yayi lui a confiée. D’ailleurs, il suffit d’analyser les conditions dans lesquelles ce machin lui a été octroyé pour remarquer que c’était pour le remercier d’avoir soutenu le candidat Boni Yayi au second tour des élections présidentielles bien qu’il était le dernier de tous les candidats. Malheureusement au lieu de faire preuve de dynamisme en révolutionnant cet instrument pour faciliter le voyage des pèlerins, l’homme a plutôt brillé par son incapacité à mériter l’estime des pèlerins. D’ailleurs, certains n’hésitent pas à dire que ce serait un faux deal qui serait à la base de l’incapacité du groupe de convoyage à assurer le transport des musulmans à la Mecque et surtout la résiliation du contrat par le gouvernement qui a décidé de prendre les devants. Avec ce coup dur que vient d’encaisser le gouvernement sur ce dossier, il est à se demander si Rafiou Toukourou pourra conserver son fauteuil. Mieux, est-ce le bon sens ne lui enseignera pas de démissionner même si d’aucuns diront que la démission n’est pas dans le dictionnaire béninois ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !