Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 06:31

Le passage de Joseph Ahanhanzo au ministère de la réforme administrative et institutionnelle a permis de confirmer tout le bien qui est dit de ce cadre béninois, jeune par l’âge mais vieux par l’expérience. Nommé récemment pour sortir des profondeurs de l’océan Atlantique le port de Cotonou,  nombreux ont été les Béninois, toutes catégories socioprofessionnelles confondues, qui ont salué ce coup d’œil de Boni Yayi. Enfin, un développeur, une arme contre la paresse, le népotisme et l’immobilisme, a été envoyé au port pour mettre l’outil économique aux pas. La suite n’a étonné personne, Joseph Ahanhanzo s’est très vite lancé dans la mise en œuvre des réformes aidé dans sa tâche par son ministre de tutelle, lui-même jeune et très dynamique Jean-Michel Abimbola. On était là à vivre raisonnablement quand vint l’idée de la panacée pour décongestionner la ville de Cotonou, le port sec d’Allada. En effet, une formule a été trouvée pour que toutes les marchandises en transit vers les pays de l’hinterland quittent le port par voie ferroviaire pour être déchargés à Allada sur un port sec aménagé à cet effet. Avec l’arrivée du Saint Père, le pape Benoît 16 de son vrai nom Joseph Ratzinger, le lancement de cet outil qui doit contribuer à régler le vicieux problème de stationnement anarchique des gros porteurs dans la ville, sources de pollution et d’accidents aurait pu être une réalité depuis des semaines. Hélas ! Silence radio jusqu’à présent, on méconnaît le Dg /Port. Or l’apôtre de Yayi n’est pas du genre à traîner les pas quand il s’agit des réformes engagées surtout qu’on parle aujourd’hui de décongestion de Cotonou, la vitrine du Bénin pour recevoir l’autre Joseph devenu Benoît 16 depuis qu’il est devenu pape après le départ céleste de son successeur, le cardinal Carol Wotjila, Jean-Paul 2. A la lumière du blocage artificiel que connaît le lancement de ce port sec, on est en droit de se demander ce que fait le Dg/Port ou savoir celui qui bloque le ministre Abimbola dans l’accomplissement de cet acte salvateur qu’est le lancement de ce port sec. Une équipe de notre rédaction est dès maintenant lancée pour débusquer  les poches de résistance s’il y en a tout en cherchant à savoir si la responsabilité de Joseph Ahanhanzo est engagée dans cet immobilisme. A suivre…

Aboubakar takou

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !