Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 06:35

Le gouvernement de la Refondation pour renforcer  le personnel au niveau de l’administration et pour permettre à certains compatriotes ayant servi l’Etat sans statut  juridique de bénéficier du fruit de leur labeur, a reversé  ceux qui remplissent les conditions requises pour l’être. Seulement voyant en cette mesure une vache à lait, certains compatriotes qui ont d’une façon ou d’une autre servi l’Etat mais qui ne remplissent pas les critères requis, avec l’aide de certains cadres de l’administration, se sont glissés dans le lot et sont donc devenus par la force des choses agents contractuels de l’Etat. Conséquence, la charge salariale de l’Etat s’est alourdie pour un pays qui ne dispose pas de ressources minières mais dont les revenus sont essentiellement fiscaux. Dans notre parution du mardi 06 septembre dernier, nous avions dénoncé la chose tout en demandant aux autorités  compétentes de prendre les mesures qui s’imposent pour régler cette situation qui n’honore guère notre pays surtout que le Bénin n’est plus en odeur de sainteté avec les institutions de Breton Woods depuis qu’on a largement dépassé la barre fixée. Après avoir eu la puce à l’oreille, le gouvernement a demandé à ses services compétents en l’occurrence l’Igsep de vérifier  l’information. Ladite  structure a déjà commencé sa mission et on se rend compte que la chose était plus criarde qu’on ne le pensait.  En effet, alors que la commission n’a même pas encore fini son travail, sur les 36000 personnes reversées jusqu’à la date du 13 septembre 2011, 16000 l’ont été de façon frauduleuse  soit par copinage soit  en délivrant de faux papiers. Impossible diront certains. Seulement, il convient de s’imprégner de la démarche pour se convaincre de l’existence de la chose.  Très souvent avec la complicité des cadres, des agents fournissent de fausses pièces. Il s’agit entre autres du certificat de première prise de fonction, de l’attestation de présence au poste, de la fiche de recrutement ou de renseignement pour les agents contractuels. A présent que les autorités compétentes sont convaincues de l’existence de ces magouilles au sein de l’administration alors même qu’on est en pleine Refondation, il leur revient de sévir. Il ne s’agit pas seulement de faire des investigations et s’arrêter là. C’est cela même la refondation car c’est en punissant les fraudeurs qu’on empêcherait les enfants de faire comme eux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !