Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 01:22

Akkilou yacoubou

Si les Cotonois peuvent souffler ces derniers temps du fait que les forces de sécurité sont parvenues à circonscrire l’insécurité, il y a une autre triste réalité à laquelle ils font face. Il s’agit du stationnement anarchique des camions gros-porteurs sur le Boulevard des armées. Boulevard qui grâce à son caractère d’une des belles artères de Cotonou, abrite le défilé du 1er août. Aujourd’hui à voir la scène qui y a cours, on en vient à tomber à la renverse. Et pour cause, le stationnement anarchique des camions gros-porteurs occasionne deux problèmes majeurs qui compliquent davantage l’existence des populations. Le fait que ces camions soient garés dans un lieu qui n’est pas destiné à cet effet, fait que la voie est devenue étroite. D’où les difficultés de dépassement souvent assortis d’accidents. Une situation qui se remarque depuis la Mosquée centrale de Zongo jusqu’à quelques centaines de mètres de l’Etoile rouge. L’autre scène déplorable qu’on y remarque, est l’insalubrité qui règne sous les camions et les terre-pleins à proximité. Tellement les occupants des gros porteurs passent de nombreux jours qu’ils jettent les ordures sous leurs camions ou sur les terre-pleins. Au fil des jours, les déchets s’accumulent et les lieux viennent à ressembler à des dépotoirs. Des dépotoirs que les engins de nettoyage de la mairie n’arrivent pas à atteindre. Un véritable casse-tête pour les responsables de la mairie car cette situation ne concourt pas à donner une bonne image de leur ville. Pour remédier à cette situation non reluisante pour les usagers du Boulevard des armées, il faut que les mesures idoines soient prises pour faire redorer à Cotonou son blason. C’est pourquoi il faut que le ministère de l’intérieur renoue avec sa stratégie qui consistait à interdire à tout camion gros-porteurs de stationner en pleine ville et surtout dans les grandes artères pour faciliter la fluidité de la circulation. Si le ministre Martial Sounton parvient à enrayer ce désordre des gros-porteurs, les Cotonois le lui revaudront.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !