Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 06:56

 

Il se dit avec insistance que l’actuel premier  ministre se verrait bien dans le siège de Yayi en  2016. Pour  ce faire,  dans l’ombre,  plusieurs lobbies travaillent à son positionnement. Pendant ce temps, certaines figures de la politique sous les feux des projecteurs  s’activent elles aussi à donner la chance au premier ministre d’être crédible, le jour J. Parmi ces hommes faiseurs de roi dans l’ombre ou à visage découvert, un politicien qui a traversé toutes les époques et qui ces 20 dernières années  a été de tous les coups fumants ou fumeux qui ont secoué la République. Lui, c’est l’homme qui a troublé le sommeil de Nicéphore Soglo, encouragé par quelques copains, il alla débusquer des filaos, le Général Mathieu Kérékou pour évincer le premier président de l’ère du renouveau démocratique de la Marina. 10 ans  durant,  d’une façon ou d’une autre,  il a su garder une influence dont il ne manquera pas de faire usage quand l’occasion s’est présentée. C’est ainsi que lorsque quelques agitateurs de la présidence de la République  sentant la fin inéluctable, avaient fait mine de vouloir garder le Général  au pouvoir pour continuer à bénéficier de certains avantages, il trouva le moyen d’organiser une conférence de presse en son domicile de Djrègbé pour dénoncer la chose.  L’endroit militarisé, il n’eut pas  de conférence,  mais ce fut suffisant pour mieux le positionner dans la nouvelle distribution de cartes qui s’opérait.  Cela marcha à merveille, puisque dès les premières heures  de Yayi  il a été, s’il ne l’est toujours  une des figures de proue du Changement, toujours influent dans le système.  En effet, le  médiateur de la République, Albert Tévoèdjré, serait en cheville,  à en croire des sources crédibles,  pour façonner le  successeur de Yayi, et dans sa ligne de mire l’actuel locataire de la primature. Un choix contre lequel nous ne saurons exprimer d’objection, si ce n’est qu’il  ressemble à s’y méprendre à l’opération qui a abouti à l’arrivée de Yayi, et  10 ans plus tôt à celle qui avait conduit au retour en force du Général Mathieu Kérékou. Pire, apprendra-t-on, la primature serait une de ses œuvres. Une œuvre qui aurait pu se traduire par l’accaparement de toutes les prérogatives du chef de l’Etat à l’avantage du nouveau promu. Ces faits, on ne les reprochera pas au Renard, autrement il n’en serait pas un. Seulement, on pourrait dire qu’une partie de ses concitoyens, surtout la jeunesse,  commence à  se demander s’il n’est pas grand temps que cet octogénaire fasse de la place pour que d’autres illuminent  la Nation de leur sagesse. Cette délicate attention n’est pourtant pas pour douter de sa qualité et des relations qu’il a su gagner à force de travail. Mais aujourd’hui, ayons le courage de le dire, il y a des moments il faut savoir se retirer avec panache. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !