Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 06:29

Il l’a finalement fait après plusieurs mois de silence. Le Président Boni Yayi s’est rendu hier au domicile de l’ancien  Président  Zinsou Emile Derlin pour lui rendre une visite de courtoisie. La première depuis plusieurs mois, qui fait suite à l’article publié  par nos soins dans notre précédente parution.  En effet, c’est hier en début de soirée que les hommes du Chef de l’Etat par l’intermédiaire de son protocole se sont rendus en éclaireur au domicile du vieux sage. On imagine la réticence du vieil homme qui ne supportait pas une si soudaine  sollicitude  de la part de la Marina, surtout après  la publication de notre article de presse déplorant les erreurs du chef de l’Etat dans sa gestion des rapports avec le plus vieux de ses prédécesseurs encore en vie. C’est après mûres réflexions et grâce à la maestria de son envoyé qui a fini par arracher de l’homme sage de recevoir son président, que la rencontre a pu avoir lieu en début de soirée hier. C’est un Yayi des grands jours qui a fait son apparition chez le président Zinsou avec un large sourire qui lui fendait le visage en deux.  Alors que le vieux assis,  perplexe observait  la mine avenante du chef de l’Etat, se demandant probablement s’il s’agissait d’une ruse, de quelques farces dont seul Yayi a le secret ou d’un vrai sourire d’amitié. Il n’eut visiblement pas le temps de finir sa réflexion que le chef de l’Etat, l’air cette fois contrit, se précipita vers les pieds de son ainé en signe de respect, suivit des premiers mots d’excuses. En de pareilles circonstances, bien malin qui pourrait reconnaître les propos sincères de  la flatterie dans les instants où Boni Yayi pu s’adresser à Emile Derlin Zinsou. Mais on retiendra globalement pour faire court et juste, que Boni Yayi s’est vertement excusé d’avoir négligé son  illustre prédécesseur.  En effet, il faut dire que le préjudice subi par Emile Derlin Zinsou du fait de cette négligence est bien plus grand que ce que nous avons cités dans notre parution d’hier. C’est d’abord le parc automobile de l’ancien  Président  de la République  qui a été oublié. Ainsi, contrairement à ce qui lui revient de droit c'est-à-dire 02 véhicules à son service, c’est un vieux tacot qui lui sert de voiture officielle. Pire,  faute de réparation cette voiture est presque toujours au garage par manque d’entretien. Si les pensions prévues pour l’ancien chef de l’Etat lui sont régulièrement versée, il n’en a rien été pour le reste. Les frais de check-up santé et les frais des gens de maison, c'est-à-dire gardien et chauffeur ne sont depuis plus d’un an plus à la charge de l’Etat qui ignore superbement ses obligations quand il s’agit du Président Zinsou. Ce que le vieux ne manquera pas de signifier à son hôte forcé, en lui précisant qu’il n’attendait de l’Etat aucune faveur particulière, sinon que le respect des engagements codifiés par la loi et d’ajouter que bien qu’étant parent lointain du candidat Adrien Houngbédji, cela ne faisait en rien de lui un de ses fervents supporters. De sa position et de son âge, poursuivra-t-il à l’attention du chef de l’Etat, il ne pouvait se permettre de prendre  position pour un des candidats de la présidentielle. Cela était contraire à ses principes. Il n’y avait donc aucun argument valable pour boycotter ce qui devrait être son droit. Boni Yayi le savait-il ? La question mérite d’être posée, même si la réponse n’est pas aussi évidente. Toujours est-il qu’en attendant de savoir sa part de responsabilité dans ce grotesque oubli qui frise l’ingratitude, on retiendra que la publication de l’article du journal Le Béninois libéré a réparé une situation d’injustice qui  perdurait. Le vieux sage devra excuser l’impertinence du journaliste qui dans sa quête de l’information n’hésite pas à bousculer les habitudes et par moment,  comme c’est le cas cette fois,  à mettre sur la place ce que d’aucun aimerait garder comme secret. Nous ne pouvions pas continuer de regarder de notre  lucarne d’observateur l’injustice que subissait cet homme qui a beaucoup donné aux Béninois.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !