Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 07:37
(Ils ont révélé au grand jour qu’ils sont la cause de la crise) La mauvaise foi de certaines personnes n’a de cesse que de peindre en noir tout ce qui ne vient pas d’eux. Tellement ce sentiment les accablent qu’elles préfèrent en découdre avec la personne qui est dans leur point de mire. Des gens qui savent se réunir uniquement que pour le festin du diable, c’est-à-dire la destitution de leur maire, qui n’a commis autre crime que de vouloir réaliser des actions qui vont en profiter aux populations. Tel est le seul crime du maire d’Allada, Lucien Houngnibo, qui n’a commis autre tort que de vouloir traduire dans les faits l’amour qu’il a pour les populations. Ce qui évidemment n’était pas du goût des 14 conseillers qui ont procédé le mardi 20 juillet passé de façon unilatérale à sa destitution. Donc, cela ne répondait pas à la norme car même le préfet n’a pas donné son aval. Le maire Houngnibo a donc raison de ne pas reconnaître sa supposée gestion solitaire. C’est pour justifier leur acte que les 14 conseillers à l’origine de la destitution ont donné hier, mardi 27 juillet 2010, au Pantagruel, une conférence de presse afin que l’opinion nationale sache de quoi il en revient. Malheureusement, l’éléphant annoncé est arrivé avec des pieds cassés car dans la tentative d’explication, Benoît Ahlé et Grégoire Houadjèto se sont fait des croques-en-jambes. Et pour cause, ce dernier a affirmé qu’il n’y a pas de cohésion au sein du conseil communal, pas d’ambition de développement, et de la présence du culte de personnalité. A l’analyse, on se dit que ces conseillers ne sont pas sérieux, tellement les raisons évoquées ne tiennent pas debout car s’il n’y a pas de cohésion au sein du conseil, c’est ce qu’ils sont en train de jouer aux trouble-fêtes, à voir le mal là où il n’y en a pas. Par ailleurs, ils soutiennent que depuis son élection, le maire n’a jamais effectué de tournée à travers la commune. C’est normal puisqu’il en soit ainsi car la sagesse africaine enseigne qu’il faut balayer chez soi avant de chercher d’en faire chez autrui. Et c’est ce que ses opposants lui reprochent. Comment voudrait-on que le maire qui se sent en eau trouble, puisse fournir plus d’effets positifs alors qu’on ne le lui permet pas ? Ce n’est pas possible. L’autre fait aberrant, c’est le fait que les 14 conseillers qui se découvrent des talents de développeurs, disent être contre la mise en service de machines de la voirie tel le tracteur, la tracée des voies et pistes dans le commune. Décidément, ces raisons montrent que le problème de ces conseillers n’est pas celui du développement mais un problème de personnalité, qui est de faire partir le maire Lucien Hougnibo. Et c’est cela la béninoiserie…

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !