Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 21:25

La tournée entamée par l’Union fait la Nation (Un) samedi dernier dans les départements du nord, a pris fin ce lundi par le département de l’Alibori. Ce sont les communes de Malanville et Kandi qui ont reçu la visite de la déferlante vague. A Malanville tout comme à Kandi, la forte délégation conduite par Bruno Amoussou et Adrien Houngbédji ont respectivement fait une rencontre spéciale avec les militants de l’Un et procédé, à l’étape de Kandi, à l’installation des Unions Communales provisoires (Ucp) des communes de ce département. La grande cour de l’Union Communale des Producteurs de Coton)(Ucpc) de Malanville était devenue trop exigüe pour contenir la rencontre entre les ténors de l’Union fait la Nation et ses militants et sympathisants de cette commune située à l’extrême nord du Bénin. Cette rencontre qui s’est déroulée aux pas de charge, aura tenu toutes ses promesses. D’abord du côté de la mobilisation, le constat était clair. Les militants et sympathisants de l’Un de cette localité ne se sont pas fait prier pour sortir massivement et se rendre à ce rendez-vous qui se voulait simplement une rencontre de prise de contact. Au cours de ladite rencontre, les militants ont clairement exprimé qu’ils attendaient depuis longtemps cette occasion. La ferveur et la liesse populaire étaient au rendez-vous et se lisaient sur tous les visages. Le représentant des militants, dans son discours de bienvenue l’a clairement exprimé ; et cela s’est justifié par l’animation qui a règné dans la commune. Plusieurs groupes folkloriques du nord comme du sud, y compris les ‘’égoungouns’’ ont égayé les populations. Ensuite, place fut donnée aux ténors de l’Un afin qu’ils délivrent leurs messages. C’est à Brono Amoussou qu’est revenu la primeur en tant que Président de l’Un de s’adresser à la foule des militants. Dans son message, il a exhorté les populations de Kandi à mieux s’organiser, à garder le contact permanent avec le parti, à garder courage, à être fiers, dignes et à travailler sans relâche pour rallier beaucoup d’autres personnes. Il a, en outre, expliqué la différence qui existe entre la démarche de l’Union fait la Nation et celle des partis de village, de quartier, de famille que le régime du Changement parraine chaque weekend. Le candidat unique de l’Un Me Adrien Houngbédji a pour sa part adressé un message au peuple nigérien, pays frère et ami dont le Bénin est frontalier par Malanville. Aussi a-t-il fait un clin d’œil aux compatriotes vivant de l’autre côté de la frontière, au Niger :’’nous ne vous avons pas oublié’’, a lancé le Président Houngbédji à leur endroit. C’est sur ces mots que la délégation de l’Union fait la nation conduite par son Président Bruno Amoussou, a quitté Malanville sous les ovations nourries de la foule. Cap fut ensuite mis sur la commune de Kandi. Cette étape a été beaucoup plus solennelle que la précédente. Car, c’est cette commune qui a abrité l’installation officielle des Unions Communales provisoires de l’Alibori. La salle de la maison des jeunes était pleine à craquer, et la cour intérieure, bondée de monde. Dans son discours, le représentant du président des Unions Communales provisoires de l’Union a signé le requiem du régime Yayi, et proclamé la victoire de Me Adrien Houngbédji pour 2011. Les femmes, jeunes et sages, dans leurs interventions, ont réitéré leur engagement à l’Union. Enfin, les messages des ténors de l’Un ont corroboré la cérémonie. Le président Amoussou, a, à nouveau, fait ressortir, tout ce qui fait la force de l’Union et qui fait d’elle le meilleur choix à faire aujourd’hui. Le candidat désigné de l’Un, Me Adrien Houngbédji dans un discours très fédérateur et surtout avec une humilité qui a plutôt séduit l’assistance, a renchéri les propos du président Amoussou, et notifié qu’il est le candidat unique, non pas parce qu’il a des mérites particuliers, mais parce que l’ensemble des forces politiques réunies au sein de l’Union l’ont ainsi décidé. Il s'est engagé à porter dignement cet étendard et a demandé aux militants et à l’ensemble des Béninois de s’associer à cette œuvre commune pour un Bénin uni, fort prospère et démocratique. C’est sur ces mots, qu’a pris fin l’étape des départements de l’Alibori. Avec cette étape de l’Alibori et plus particulièrement celle de Kandi, c’est simplement la tournée de l’Un dans le septentrion qui a vécu. Une tournée qui vient à point nommé pour clouer le bec à ceux qui taxaient l’Union fait la Nation d’un regroupement politique régionaliste.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !