Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 03:55

romuald tchoukpa

Peu s’en est fallu pour que certains députés de la 5ème législature en viennent aux mains hier. N’eût été la promptitude de certains de leurs collègues, l’hémicycle aurait été transformé en un ring de kick-boxing où différents ‘’katas’’ allaient faire leur apparition avec des séquences les unes aussi intérressantes que les autres.Ce sont les déclarations de l’honorable Rosine Vieira Soglo à l’endroit de son collègue Gbadamassi, absent, et de la Cour constitutionnelle qui ont provoqué le tsunami  auquel les députés ont assisté hier au Palais des gouverneurs. Alors qu’ils étaient réunis pour l’ouverture de la deuxième session extraordinaire, le ton va très vite monter. D’abord, c’est l’honorable Augustin Ahouanvoèbla qui a planté le décor en envoyant un pic à la Cour constitutionnelle et son président, Robert Dossou. L’ex-première dame, Rosine Soglo va enfoncer le clou. Il n’en fallait pas plus pour que le mercure monte dans le thermomètre de l’hémicycle. Ses déclarations viennent de dresser  les cheveux sur la tête des députés de la mouvance qui rétorquent : les uns pour demander au président Nago de suspendre la séance, les autres pour exiger de Rosine Soglo de retirer ses mots. Et comme on pouvait s’y attendre, sa réaction ne s’est pas fait attendre. Elle ne l’entend pas de cette oreille. L’atmosphère polluée devenant insupportable, le président Nago a été contraint de suspendre la séance qui est reportée pour le jeudi prochain.

                La preuve que la tension politico-sociale est à son paroxysme

Il n’est un secret pour personne que le Bénin traverse depuis plusieurs mois une crise politico-sociale qui, si l’on ne prend garde risque de conduire le pays dans le mur. Les scandales se succèdent les uns après les autres. L’opposition au régime du Changement trouve de la matière pour dénoncer la gestion des cauris. Les multiples sorites des leaders de l’opposition désagrègent sérieusement la cote de popularité du numéro 1 des cauris. Les mouvanciers sentant la tempête venant de loin vont changer de stratégie pour répondre désormais du tic au tac. Mais dans leur stratégie, ils se mélangent encore les pédales confondant vitesse et précipitation comme d’habitude. Et c’est naturellement que cette méthode mal pensée va échouer, la mayonnaise refuse de prendre. Puisque derrière cette méthode, se cache une volonté manifeste de verrouiller l’opposition dans une coquille et l’étouffer. Au contraire, elle ne fait qu’empirer la situation viciant davantage l’atmosphère socio-politique. Et la réaction de madame Rosine Vieira Soglo hier à l’Assemblée est l’expression vivante de la frustration que rumine le peuple béninois depuis des lustres.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !