Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 04:46
Annie Léwan Il est un peu moins de 5 heures du matin le jeudi 19 Août, quand une rafale d’arme à feu déchire le silence du coté de Gbèdjromédé. Plus tard, il sera établi que ces coups de feu, sonnaient ainsi la fin d’une course poursuite qui aurait débuté à en croire les témoignages recueillis sur place, à Akpakpa aux alentours de la pharmacie Sègbèya. En effet, selon le recoupement effectué à partir des différentes versions à Gbédjomédé et à Akpakpa, il s’agirait d’une dispute entre un couple à bord d’une 4X4 de marque Toyota Rav 4. Le ton serait monté entre les occupants de la voiture. C’est alors que l’homme énervé aurait porté un coup à la passagère avec qui il était à bord du véhicule. Cette dernière en réaction aurait appelé à l’aide. Quelques passants et taxi-motos voyant la scène, ont pris en chasse le véhicule croyant sans doute avoir affaire à une agression, en criant au voleur. Les riverains et autres motocyclistes voulurent alors arrêter celui qui leur semblait être un agresseur et sa passagère. Plutôt que d’immobiliser son véhicule, le conducteur entreprit de semer ses poursuivants. S’ouvrit alors une chasse sans merci contre le véhicule. Cette course poursuite aurait par la suite attiré l’attention des forces de l’ordre qui pour stopper la course folle du véhicule, ont une première fois, tiré dans les roues de la voiture et crevé un pneu avant, coté chauffeur. Ce handicap ne l’arrêtera pas et le chauffeur plus que jamais décidé, tentait à distancer ses poursuivants. Pris dans un cul de sac, l’homme fit machine arrière quand un motocycliste téméraire pris sur lui la responsabilité de bloquer le passage de la voiture avec sa moto dite ‘’Djènanan’’. Mal lui en a pris car lui et son engin furent projetés dans un mur par l’automobiliste décidé à ne pas s’arrêter. L’infortuné téméraire se trouva très vite sous les roues du véhicule et sous un tas de gravas issus du choc entre la voiture et le mur contre lequel ils furent projetés, lui et sa moto. Un incident de plus qui rameuta encore plus de poursuivants. Loin de s’immobiliser, le chauffeur et son passager, continuèrent leur folle course, débouchant devant l’église Sacré-Cœur d’Akpakpa en direction du marché Tokpa. Le barrage de police traditionnellement installé à la montée du pont Martin Luther King n’aurait pas suffi à immobiliser le conducteur du 4X4. C’est alors, selon nos sources, qu’un des policiers les aurait pris en chasse. Une cavale qui finira au rond point Gbèdjromédé en face de la boutique Vodafone, par des coups de feu contre les occupants dudit 4X4. L’homme au volant, atteint à la tête, meurt sur le champ. La femme, quant à elle, réussit à sortir du véhicule avant de s’écrouler devant la boutique Vodafone, gisant dans une mare de sang. Les versions multiples n’autorisent pas à établir les conditions exactes des coups de feu qui ont mortellement atteint le conducteur du véhicule et la passagère. Toujours est-il que sur place, il a pu être établi qu’il ne s’agissait ni d’un rapt, ni d’un braquage et que l’homme à bord du véhicule en était le propriétaire, la femme une de ses proches.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Société
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !