Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 06:03

(Yayi, Daouda et Noudégbessi doivent des explications au peuple)


Le ministre Soulé Mana Lawani a commis, par pudeur religieuse et morale, un gros péché dans son mémorandum sur l’affaire Cen-Sad. Il a protégé Boni Yayi. Le cadre de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) et ancien ministre de l’économie et des finances de Yayi s’est seulement contenté d’expliquer le seul volet où il n’y avait en réalité pas eu de magouilles, de corruption, de malversations et de dilapidation de nos ressources (le volet relatif à la réhabilitation du Palais des congrès et du Cic). Soulé Mana Lawani a privé le peuple béninois des autres aspects du gros dossier Cen-Sad où Boni Yayi, Noudégbessi et consorts ont tordu le cou à tout ce qui est orthodoxie financière. Le péché de l’ancien argentier national est d’autant plus grand que des thuriféraires du régime continuent de vendre  pour leur propre compte le patrimoine de l’Etat. La semaine écoulée, une bonne partie du domaine a été vendue par une dame très puissante du régime et après l’opération, une commission de plus 200 millions a été versée à qui de droit. On a continué le crime comme si de rien n’était. Le vrai crime de l’affaire Cen-Sad se concentrait concrètement sur deux volets : la distribution et la vente du domaine de l’Etat viabilisé avec l’argent de la sueur du contribuable béninois et les réalisations relatives au transport (extension de l’aéroport et la réalisation à prix d’or du tronçon  Air-France - aéroport). Aujourd’hui, comme pour prendre les Béninois pour du bois de coffrage sans cerveau, une puissante dame du Changement a continué avec la bénédiction des gens au sommet de l’Etat à vendre ce qui  appartient au peuple béninois. C’est d’ailleurs pour faire passer la pilule que des commissions ont été données à celui que tout le monde connait et dont on se garde pour le moment de donner le nom. Nous allons revenir dans nos prochaines parutions sur l’identité de cette intouchable femme.  Mais avant, les parlementaires béninois ont de quoi remuer le régime Yayi en jetant un coup d’œil sur ce qui se fait actuellement du côté du domaine de la Cen-sad. Affaire à suivre…  

Aboubakar paul

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !