Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 04:08
Fidèle à son style qui consiste à se montrer proche du bas peuple, le chef de l’Etat est allé hier aux environs de 11 heures du matin au kiosque de ventes de journaux situé à quelques encablures de la morgue du Centre national hospitalier Hubert Koutoukou Maga. L’objectif de cette descente inopinée du prince du Changement sur les lieux était de jauger sa popularité à cet endroit qui regroupe quotidiennement un échantillon bien représentatif des différentes tendances politiques de notre pays. Mais contrairement à ce à quoi il s’attendait, c’est à une désillusion totale qu’il a eu droit. Pour cause, l’accueil qui lui a été réservé a été des plus froids. Personne ne s’est intéressé à lui, même pas les conducteurs de taxi-moto communément appelés Zém qui, sont souvent mobilisés par les thuriféraires du régime Yayi pour faire croire au chef qu’il est adulé de cette frange de la population. Selon les témoins approchés, certains Zém ont même hué le président de la République au passage. Du coup, le chef de l’Etat est trop vite reparti avec sa queue entre ses jambes de peur que les populations environnantes ne viennent en rajouter à son cauchemar. Curieusement, quelques instants après son départ, l’honorable Edmond Agoua qui était de passage a été longuement ovationné par les populations riveraines. Si l’objectif de Boni Yayi était de tester sa cote de popularité, et aussi de voir comment il serait accueilli par rapport au président de la Banque ouest-africaine de développement (Boad) Abdoulaye bio Tchané qui s’était prêté au même exercice quelques semaines plus tôt, il aura constaté à ses dépens qu’il ne fait pas le poids devant lui. Cette caricature décrie à plusieurs égards comment le chef de l’Etat est actuellement vomi par la masse qu’il a eu le temps de décevoir sur toute la ligne. jean kpingla

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !