Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 02:15

Le préfet des départements des Zou et Collines, Armand Nouatin, vient de rappeler au peuple béninois qu’il est encore nostalgique des périodes révolutionnaires qu’a connues notre pays. De ses agissements, on comprend aisément qu’il a bel et bien l’intention de faire vivre l’enfer de Rangoon à ses compatriotes qui oseront le défier. En quelques mois déjà, l’homme compte à son actif des interdictions de manifestations prévues par des compatriotes tatoués d’opposants. En effet, le jeudi dernier alors que des enseignants manifestaient pour réclamer la reconnaissance de leur droit constitutionnel, ils ont été surpris par des forces dites de l’ordre qui n’ont pas hésité un seul instant pour les tabasser. Or, il n’est un secret pour personne que ces agents de sécurité ne descendent pas sur un terrain sans l’ordre de la hiérarchie. Et ici, il se trouve que ces forces de l’ordre sont sous la responsabilité directe du préfet. Ce qui est humiliant dans l’affaire, c’est que le préfet est monté au créneau pour balayer du revers de la main cette ‘’accusation’’ portée contre sa personne. Qui a alors donné l’ordre aux forces de l’ordre de bastonner les enseignants ?  Qu’on ne vienne pas nous dire que ce sont les opposants ou les enseignants eux-mêmes. En tout cas, le chef de l’Etat doit savoir que cet homme ne lui rend aucun service en agissant de la sorte. Boni Yayi a tout intérêt à le rappeler à l’ordre si tant est qu’il ne peut le dégommer. Car en cette  veille de mars 2011, ce n’est pas d’un nostalgique des pratiques barbares à la Rangoon que le numéro 1 des cauris a besoin mais d’un chef qui sait communier avec les autres composantes de la société.      

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Société
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !