Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 05:06

Lydia Touré

Rembourser les quatre milliards  volés à l’homme d’affaires iranien  Sadrollahi , telle est la condition non officielle, mais très insistante de la partie Iranienne en visite auprès du chef de l’Etat en fin de semaine dernière. Enrobé dans un discours très diplomatique  d’aide et d’invitation de Ahmadinedjad, la délégation présente à la présidence de la république a tenu à rappeler au chef de l’Etat par sa présence qu’un des leurs, un Iranien, a été  sauvagement escroqué  par une institution bancaire de la place. Dépouillé de 4 milliards de francs Cfa avec la complicité assidue de Béninois. Des années plus tard et malgré  toutes les interventions, il apparait que la banque qui a failli, se refuse de réparer son erreur, couverte cette fois-ci par des pontes du régime Yayi. Des dizaines de mois de tractations qui ont prouvé aux Iraniens que le système dont le leader est à leurs yeux Yayi Boni est pourri et que la seule façon de régler le problème de leur compatriote est de parvenir à convaincre le chef de l’Etat béninois de faire pression sur la banque. N’eut été ce problème, les Iraniens qui ont une maîtrise avérée dans la gestion des catastrophes, auraient mis plus de promptitude et de sollicitude dans leur engagement  auprès des autorités béninoises. Convaincus de ce que le régime Boni Yayi en est pour quelque chose dans  cet imbroglio juridico-financier,  les Iraniens comptent ainsi tester la bonne foi  du chef de l’Etat dans le meilleur des cas,  ou  dans le pire, lui prouver qu’en incitant  la banque à restituer  les fonds de l’Iranien Sadrollahi, il peut gagner plus.  Voilà donc Boni Yayi à nouveau relancer  par les Iraniens  pour régler l’affaire de leur compatriote.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !