Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 07:39

(Tant pis pour les Musulmans, Evangélistes, Gbigbowiwés, Vodounons et autres …)

 

E.T

Tout est dans la façon de faire, a dit un jour un homme sage. Cet adage se justifie plus que jamais au regard de l’effervescence qui entoure la venue dans quelques 48 heures  du Pape Benoit XVI.  En effet, depuis quelques semaines on peut dire qu’un matraquage médiatique est organisé afin de faire comprendre à chacun et principalement aux habitants de la capitale économique que le saint père est attendu, et que les citoyens devraient se mettre sur leur 31 pour l’accueillir. Dans cette frénésie, il a été oublié que le Pape, première personnalité de l’église catholique, n’est pas aux yeux de tous, toutes confessions religieuses confondues, aussi charismatique qu’il pourrait l’être chez les fidèles catholiques. A la limite pour bon nombre de Béninois qui n’ont jamais su de quoi il retournait chez les catholiques, le Pape n’est ni plus ni moins que le président de la plus petite République au monde, le Vatican.  Ce qui pose la question de savoir si le Chef de l’Etat et la mairie de Cotonou, n’en font pas un peu trop  pour une visite de chef d’Etat ? Pourquoi autant de débauche d’énergie pour un si petit pays, alors que nous avons reçu l’homme le plus puissant au monde, même en fin de mandat, George Bush alors Président des Etats Unis, sans qu’il n’y ait eu autant à entendre et autant à en faire ? Ce qui dérange aujourd’hui dans la préparation de l’arrivée de  Benoit XVI au Bénin, c’est tout ce qui l’entoure, la frénésie, les excès et forcément les abus. Car en réalité, le Bénin, est une terre de religion, une terre de toutes les religions et  la laïcité de l’Etat est garantie par la constitution. Dès lors,  faire un usage aussi ostentatoire des attributs de l’Etat pour recevoir un chef religieux fut-il celui de la plus organisée des religions, ressemble fort à un abus. Un abus contre les autres organisations religieuses dont les responsables  ont au moins foulé le sol béninois. Un abus contre les religions endogènes dont les chefs n’ont jamais été autant célébrés ici chez eux,  que ne le sera Benoit XVI  à son arrivée. C’est encore un abus contre ceux qui  bon an, mal an, payent leurs impôts, ne pratiquent aucune religion reconnue comme telle mais voudraient regarder la télé sans être obliger de subir les longues et harassantes minutes consacrées aux choses de la papauté telle qu’il se vit ces derniers jours.  En tout cas, jusqu’à preuve du contraire, le Bénin demeure un Etat démocratique où les convictions religieuses ne sont pas prises en compte pour juger.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !