Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 07:22

(Des centaines de millions transportés sans la moindre précaution)


Les braquages enregistrés ces derniers temps dans le pays sont motivés par des comportements d’imprudence de certaines personnes dont des hommes d’affaires, des cambistes et des receveurs-percepteurs qui transportent de grosses sommes d’argent sans la moindre mesure de prudence et de sécurité. Une situation qui met à mal les efforts de la police et menace la sécurité des autres citoyens.

Comme le miel attire la mouche, de la même manière, le transport ou le maniement de fortes sommes d’argent sans les mesures de sécurité peut attirer les malfrats surtout lorsque dans l’entourage de la personne concernée, il existe des complices pour les alerter. C’est ainsi que, dans le véhicule braqué la semaine dernière à hauteur de Ahozon, il y avait trois individus avec plus deux cent millions, la nuit, sans la moindre sécurité. Il en est de même pour le receveur-percepteur qui transportait des centaines de millions sans avoir fait appel aux forces de sécurité qui pourtant sont à leur disposition.

Laisser le transport de fonds aux spécialistes

La succession de braquages mettant en cause des personnes transportant de fortes sommes d’argent oblige les forces de sécurité à taper du poing sur la table. Deux solutions de raison s’offrent à ces personnes. Soit elles sollicitent une société de convoyage de fonds pour les accompagner du marché à la banque ou de la banque à leur domicile ou au lieu de la transaction. Contre une somme forfaitaire, elles se protègent et protègent leur gain. Deuxième possibilité, elles peuvent solliciter les forces de sécurité publique pour sécuriser leur opération de transport de fonds. Cette deuxième possibilité est surtout offerte aux structures de l’Etat qui sont obligées de faire des retraits de fortes sommes d’argent du Trésor ou des Banques vers leur service ou dans le sens inverse. C’est le minimum de précaution qu’il faut prendre. Par ailleurs, les Banques ou le Trésor public doivent s’assurer que la personne qui vient faire un retrait de fortes sommes d’argent est entourée de la sécurité minimale pour aller à bon port.

Complicités dans l’entourage des victimes

La plupart des enquêtes sur les braquages de fonds ont abouti à des complicités dans l’entourage de la victime. Des chauffeurs aux collaborateurs en passant même par les interlocuteurs d’affaire, l’information part toujours de l’entourage vers les malfrats. Sinon, comment peuvent-ils connaitre avec précision le jour et l’heure du convoyage des fonds pour opérer ? Parfois, c’est la victime elle-même qui invite les braqueurs à la dépouiller. On se souvient de ce comptable qui, après avoir retiré de l’argent pour commander du ciment pour sa société, a demandé à des amis malfrats de la braquer et qu’après ils partageront l’argent.

Dans tous les cas, les forces de sécurité publique rappellent aux uns et autres  le minimum de règle de prudence et de sécurité à observer en évitant les déplacements de nuit avec de l’argent. Les femmes de nos marchés, les cambistes et les opérateurs économiques se doivent donc d’aider la police à mieux  assurer la sécurité des personnes et des biens.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Société
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !