Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 04:32

A. sangohou

La justice devrait sévèrement punir l’Etat pour enterrer ces crimes qui profitent malheureusement à une institution aussi sérieuse que le Programme des Nations Unies pour le Développement (Pnud). En effet, cela fait environ 2O ans que l’Etat béninois curieusement soutenu par le Pnud refuse de permettre à la famille da Trinidade de jouir des avantages que son bien devrait lui procurer. Ailleurs, pour manifester leur indignation face à une situation relative aux droits enfants par exemple, des associations s’érigent contre la consommation des produits fabriqués dans les usines où travaillent les enfants. Parfois elles vont loin en demandant au monde entier de ne pas consommer ces genres de produits. Et le Programme des nations unies pour le développement (Pnud) n’hésite pas à encourager en sourdine ces genres d’initiatives pour le respect de la personne humaine. Mais au Bénin, cette institution reconnue de part le monde s’illustre tristement en participant à la mort en douce de la famille da Trinidade. Sinon comment comprendre que son représentant mis au courant de cette affaire n’a daigné lever le petit doigt pour mener une action à l’endroit de cette famille qui croupit sous la misère. Ban Ki-Moon, qui a les services de renseignements les mieux outillés dans ce monde, informé depuis le week-end dernier ne réagit pas non plus. Va-t-il cautionner cet état de choses ? La veuve et les enfants croisent les doigts et espèrent que non ! En tout cas, la situation est d’autant plus étonnante et continue de susciter des interrogations de tout individu doté d’un bon sens. Comment expliquer que le Pnud continue de squatter un local loué depuis 20ans sans que le propriétaire n’ait reçu le moindre kopeck jusqu’à mort? Aujourd’hui sa veuve et ses enfants se voient contraints de mener le même combat à savoir se battre pour récupérer ce qui leur revient de droit. Sous d’autres cieux et surtout dans les Etats qui se respectent, une telle situation ne peut se produire. Sentant que c’est l’Etat béninois qui est le principal responsable de cette situation soutenu par le Pnud, une dizaine de  responsables d’associations se sont constitués déjà pour marcher dans les tout prochains jours sur le Pnud et sur la présidence. L’objectif de cette sortie qui s’organise est de manifester leur mécontentement face à cette injustice que le gouvernement béninois se plaît méchamment à entretenir avec le silence coupable, sournois du ministre Baba Body qui est pourtant l’avocat conseil de la famille. C’est regrettable, il n’y a qu’au Bénin qu’on assiste à ces genres d’ignominie. En tout cas, en attendant la marche des associations dont les responsables s’organisent déjà, la veuve et ses enfants continuent de prier pour qu’une issue soit trouvée et que le sourire revienne dans cette maison.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !