Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 06:34

Que devient le procureur Général Amoussou  Constant ?  Depuis plusieurs  mois cet homme de loi est incarcéré à la prison de Missérété  sans aucun jugement. Que lui reproche-t-on en réalité ? Nul ne saurait vraiment  le dire, seul Yayi son principal accusateur pourrait le dire. Toujours est-il que plus d’un an après son arrestation pour le moins rocambolesque, les hommes de bon sens continuent à  chercher   comment expliquer la présence du procureur Général  derrière les barreaux. Ce qu’on peut sommairement retenir de cette histoire  c’est  qu’au lieu d’être celui qui conduit l’enquête, le représentant de la loi est celui qui est dans la posture de celui qui en subit les rigueurs. Ainsi au même titre que les principaux organisateurs de l’escroquerie Icc-services, le procureur Général  qui n’est pas un membre de l’organisation  d’escrocs  qui a mis sur la paille des milliers de béninois , est encore derrière les barreaux, clamant son innocence à tue-tête. Même si le commun des Béninois  ne cerne pas tout à fait les motivations de l’instruction, il y a qu’il y avait  comme une chasse aux sorcières dans cette affaire. D’ailleurs le ministre de l’intérieur d’antan,  Zinzindohoué Armand  l’avait plus ou moins  évoqué dans son mémo tout aussi accusateur que celui du procureur général. En d’autres termes, tous les accusés dans l’affaire Icc-services ne se sentent  pas  coupables. Ils s’en défendent d’ailleurs avec des arguments de premiers choix.  Dans un tel contexte,  on se demande pourquoi le chef de l’Etat a choisi de  proposer sa loi anti corruption   avec autant d’insistance. Se pourrait-il qu’il ait des objectifs non déclarés ? D’ailleurs,  déjà il se murmure  dans certains milieux que Boni Yayi  a  voulu  régler des comptes en introduisant une  loi anti corruption. Ce serait une façon pour lui de tenir tout le monde dans le landernau politique et de pouvoir manœuvrer en toute liberté sans  être inquiété. Ce qui risque probablement de se passer, les politiciens béninois ayant presque tous quelque chose à se reprocher ou à cacher.  Et comme l’habitude est une seconde nature, ils ont beau couvrir leurs méfaits, la loi les rattrapera forcément un jour.  Dès lors la question de la bonne foi de l’initiateur de projet de loi  se pose.  Boni Yayi avait-il l’intention de doter le Bénin d’un projet de loi anti corruption,  ou avait-il envie de régler des problèmes avec ses adversaires principalement politiques. En tout cas aujourd’hui, après avoir sablé le champagne du vote de la loi la veille,  les lendemains interrogent.  Si  Constant Amoussou  a été jeté en prison comme un vulgaire voleur de poulet et sans jugement, il est envisageable que Yayi n’ait aucun scrupule à expédier quelqu’un en prison dès lors qu’il tombe sous le coup de cette loi surtout si c’est un adversaire politique.  Aussi,  bien que la justice garde son impartialité il faut cependant admettre  que le Chef de l’Etat  de par sa posture peut  toujours agir .

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !