Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 12:00

« Amis des astres, Amis Ecureuils, bonjour… Des rencontres en perspective mais sachez que la vie réserve toujours des surprises… N’allez pas trop vite en besogne. Vous verrez finalement qu’on est tous les mêmes… Sachez bien vous conduire, évitez surtout la précipitation... »

Une fois encore, les astres ont parlé. Quand ils parlent, la réalité se dessine. Et ceux qui savent lire dans les faits, arrivent à décrypter ce qu’on leur disait. Comme lundi dernier où la raison était mise de côté au détriment de ce que les experts en diplomatie et relations internationales appellent la realpolitik.

Un cade de luxe, des chefs d’Etat, des représentants, des diplomates et d’autres invités sur mesure, etc. pour un évènement de taille. L’investiture du dinosaure tchadien Idriss Déby Itno pour son cinquième mandat. Ils étaient là. Tous sapés comme jamais à la Maître Gim’s parce qu’il ne fallait pas rater cet événement. Et pourtant, cela aurait dû l’être. Le bon sens démocratique devrait amener certains invités à trouver une pirouette pour ne pas assister à cette tragicomédie. Une présence est une caution à la mal gouvernance démocratique ou du crédit à l’assassinat de la démocratie en Afrique. Malheureusement, la lecture de nos dirigeants n’est pas allée dans ce sens. Ils ont tout simplement fermé les yeux et apporter leur soutien au dinosaure Déby. Un Déby fier de prêter serment pour un cinquième mandat parce qu’on veut faire croire qu’entre la démocratie et la monarchie, il n’a plus de différence. « Allons seulement » semble devenir le maître mot de ces pseudo-démocrates de la trempe de Blaise, qui refusent de quitter les choses avant qu’elles ne les quittent. Que le peuple souffre, on ne le voit pas. Des cris de détresse des populations dans les rues, on s’en fout. Seul le pouvoir compte. On avance seulement du moment où les autres dirigeants africains adhèrent en honorant, magnifiant de leur présence une cérémonie érigée sur la souffrance démocratique d’un peuple. Rien à attendre. C’est la realpolitik, répondront-ils.

Ainsi, pendant que la rue grognait et des gens célébraient Déby un hôtel prestigieux. Même le Bénin a apporté sa caution, sa bénédiction à cette comédie. Une leçon, même des chefs d’Etat où la démocratie fonctionne correctement, n’ont vu qu’une démocratie en marche au Tchad. Bien ou mal élus, ils sont tous les mêmes une fois dans le fauteuil du chef. Comme le dit le politique burkinabé Laurent Bado, « le pouvoir ne transforme jamais un homme. Il le révèle. »

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !