Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 06:03

Avec la publication du mémorandum de l’ex-argentier national, Soulé Mana Lawani  sur les travaux de réfection du Palais des congrès et du Centre international de conférences (Cic) démontrant les dérives du gouvernement du  Changement, le peuple béninois a pu se faire une large idée des choses et comprendre que c’est de la mauvaise foi de dire que ce ministre a mal géré ce dossier. Depuis, ce mémorandum est devenu un best-seller que les gens se sont procurés dans les différentes parutions des journaux. Si cela ressort comme une première au Bénin, il n’en demeure pas moins qu’il a suscité l’engouement des anciens ministres dont le président Boni Yayi a décidé d’envoyer au Parlement leurs dossiers d’assignation devant la Haute Cour de justice. Après ce mémorandum de Lawani, l’ancien ministre de l’intérieur Armand Zinzindohoué a suivi en rédigeant son mémoire pour se disculper de  l’affaire Icc-Services qui est la cause de son départ du gouvernement et de la demande d’assignation devant la Haute cour de justice. Quelques jours plus tard, c’est le ministre Kamarou Fassassi qui fait l’actualité avec sa lettre ouverte adressée au chef de l’Etat, Boni Yayi. Ainsi, sur les 4 mis en cause à savoir Soulé Mana Lawani, Armand Zinzindohoué, Kamarou Fassassi seul Rogatien Biaou n’a pas encore réagi. Ce dernier n’a pas encore fait couler la moindre mine dans le sens d’écrire un mémorandum, un mémoire ou une lettre ouverte comme arme de défense dans l’affaire qui le concerne. Il s’agit du domaine de l’ambassade du Bénin aux Etats-Unis bradée. On se demande à quoi rime ce silence de l’homme alors ce dossier est en train de faire l’actualité. Mieux, il est même annoncé que ledit domaine est revenu dans le patrimoine du Bénin. En d’autres termes, le Bénin a récupéré le domaine bradé. Dans cette situation, cela veut dire que le gouvernement a œuvré afin qu’il en soit ainsi. Même si la culpabilité l’ex-ministre des affaires étrangères, Rogatien Biaou n’est pas encore établie, il convient de faire remarquer qu’il est impliqué dans ce dossier. Et il lui revient désormais, en attendant la suite des événements quant à son assignation, de se défendre preuve à l’appui à travers un mémorandum, un mémoire ou une lettre ouverte. Tant qu’il ne le fera pas, il sera toujours le grand perdant mieux le dindon de la face dans une affaire où il dit n’en est pour rien. De toute façon, le, peuple attend  sa réplique dont l’attenter fait déjà des émules au sein des populations. Affaire à suivre…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !