Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 05:24

Jk

« Qui trop embrasse mal étreint ». Ce proverbe pourrait avoir un champ favorable auprès du président de la  République qui est au four et moulin. En effet, Boni Yayi est sur tous les fronts. Refondation ou pas, l’essentiel est que le président Boni Yayi est omniprésent dans tous les domaines : électricité, Port autonome de Cotonou, commerce, transport, bonne gouvernance à travers la loi portant lutte contre la corruption, santé et maintenant l’agriculture. Après sa visite à l’Hôpital d’instruction militaire et au Cnhu, c’est l’agriculture qui prend actuellement le pas. Ce qui a commencé par la visite de l’Okpara, un affluent du fleuve Ouémé, où il a parlé de ses ambitions en matière de valorisation des vallées à travers le développement de la culture de du riz et du maïs en attirant la reconversion de 10 à 20 mille jeunes dans ce secteur. Dans cette quête de révolution verte, il a été question de machines agricoles pour la mécanisation de l’agriculture et surtout d’installation d’usine de montage de ces machines en le président Boni Yayi et l’ambassadeur de l’Inde. Ce qu’ambitionne Yayi est a priori bon sauf qu’il y a un hic. Tout dynamisme ou excès de zèle a de limite car quand on mène plusieurs actions à la fois, on  court forcément le risque d’un échec. D’abord, au niveau du commerce, c’est un échec puis que les commerçants refusent de se conformer aux injonctions du gouvernement en ce qui concerne le respect des mesures prises en vue d’arrêter la hausse du prix des produits de première nécessité. Coté transport, ce n’est pas la joie car les usagers de la voie Ouidah-Tori ou de la brettelle Pahou-Tori, ne savent pas quand ils pourront bénéficier des fruits d’une voie bitumée. A cela s’ajoute le report du délai de livraison des chantiers. Quant à l’énergie éclectique, c’est le retour en force des vieux démons du délestage. La santé, n’en parlons même pas ; ici gît la politique du deux poids deux mesures qui se remarque. Certains hôpitaux sont privilégiés au détriment d’autres. C’est dans ces conditions, que le président Boni Yayi ambrasse encore corps et âme l’agriculture. Avec une telle multiplication de fronts de développement pour l’émergence, Yayi finira pas ne pas obtenir ce qu’il espère. C’est à croire qu’on se dit qu’il faut lancer les chantiers dans des domaines en espérant que 2 ou 3 puissent aboutir. Une mauvaise politique en somme à moins que cela ne soit la stratégie d’action de la Refondation jusqu’en 2016 ?  En définitive, c’est la Refondation qui va en souffrir parce qu’elle n’aura rien apporté de nouveau. Ainsi, cette refondation ne fera que suivre les pas du Changement, au cimetière. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !