Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 06:10

(Sarkozy, Cameron et les autres devraient être inculpés)

 

J’ai honte d’être Africain. Et je me demande si après l’assassinat du président Kadhafi, nos dirigeants africains tels que : Jacob Zuma, Goodluck Jonathan, John Atta Mills, Abdoulaye Wade et Boni Yayi, peuvent aujourd’hui se regarder dans une glace. S’ils en ont encore le courage, j’ai peur qu’ils retrouvent leur vraie image : celle d’un chien castré. Sinon moins que celui-ci parce qu’un chien peut encore aboyer, faire du bruit. Ayant constaté que les rebelles libyens (aujourd’hui maîtres de la situation avec le bout de la corde attaché à leur collier et soigneusement gardé par leurs vrais maîtres les présidents et chefs de gouvernement Sarkozy, Cameron, Berlusconi et Obama) ont refusé la solution politique à la crise, l’Union Africaine (Ua) devrait comprendre le message. Elle devrait se rendre à l’évidence que la question pour les grands de ce monde n’était pas de trouver une solution à la crise artificielle libyenne mais plutôt de maximiser leurs efforts pour sauter  le plus grand rempart au néocolonialisme en Afrique. Ce rempart s’appelle Mouammar Kadhafi. Son plus gros péché qui a conduit à son assassinat, est qu’il est Africain. Un sous-homme selon les Occidentaux, qui rêve de réunir ses semblables autour de la défense des intérêts de l’Afrique. Sinon comment comprendre que Obama dans une position de traitre (n’oublions pas qu’il vient du Kenya voisin) ait préconisé l’option politique pour le règlement des conflits en Syrie et au Yémen, alors que pour la Libye, le consensus qu’ils ont trouvé est l’option des frappes de l’Otan sous la couverture de la résolution onusienne 1973. L’Afrique à défaut de se réveiller à travers ses leaders devrait au moins pleurer son sort. Celui d’avoir perdu dans des conditions qu’elle a validées à travers une apathie avilissante, le seul fils qui avait aussi bien les moyens que le courage de dire haut et fort ce que la plupart de ses collègues ruminent très bas et dans l’âme. Les exemples sont là, innombrables pour montrer que Kadhafi était capable de grandes choses pour l’Afrique (ndrl sur le document ci-dessous : Libye: Les vraies raisons de la guerre en Libye à Kadhafi, par Jean Paul Pougala). Aujourd’hui, le devoir nous appelle d’essayer de rattraper ce qu’on a perdu en condamnant dans un premier volet l’assassinat crapuleux de l’Africain Kadhafi et dans un second volet d’exiger une enquête indépendante africaine sur les circonstances de cet assassinat afin de mettre la main sur les vrais assassins. Ce serait une honte voire une ignominie que de voir Sarkozy gambadant, triomphant sur les terres africaines sous l’applaudissement de Zuma, Jonathan, Wade, Yayi et autres sous-fifres français, Bongo et Compaoré, après l’assassinat de son ennemi personnel Kadhafi qui finançait, rappelons-le sa campagne électorale de 2007. Selon le Canard enchaîné, un tabloïd satirique français, la consigne était claire d’éliminer Kadhafi. Car on redoute l’effet atomique que pourrait avoir ses révélations contre certains dits grands après sa capture où une fois le dos au mur, il n’aura plus sa langue pour justifier son statut de mouton de sacrifice pour la nouvelle campagne d’asservissement de l’Afrique. A suivre…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !