Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 05:58
C’est la salle de conférence du chant d’oiseau qui a servi de cadre aux jeunes de la majorité présidentielle pour dénoncer les manœuvres dilatoires de l’opposition visant à peindre en noir les actions pourtant visibles du chef de l’Etat Boni Yayi. Cette sortie médiatique des jeunes de la majorité présidentielle fait suite à celle de la coordination UN de l’Ouémé qui a qualifié les conclusions du forum bilan organisé par le gouvernement du Changement du 14 au 16 janvier 2011 de bilan peu élogieux et qui n’est qu’un ramassis des actions entamées par le régime précédent. Par conséquent ces réalisations ne sont pas à mettre à l’actif du régime de Boni Yayi qui n’a fait qu’achever une œuvre entamée par son prédécesseur. Ce sont là quelques propos tenus par les membres de la coordination UN de l’Ouémé qui ont fait sortir de leur gong les jeunes de la majorité présidentielle qui y ont vu une volonté manifeste et délibérée de la part de l’opposition de ne pas reconnaître les mérites du président Boni Yayi. Il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir a-ton coutume de dire souvent. C’est donc en réponse à cette opposition aveugle que le président des jeunes de la majorité présidentielle Kissèzounon, Frédéric Béhanzin, El Farouk Soumanou, Lucien Médjico, le président des jeunes Turcs et bien d’autres ont voulu apporter une fois encore un éclairage sur les quelques affaires pendantes devant les juridictions compétentes et qui ont eu lieu durant le mandat de Boni Yayi. Pour Frédéric Béhanzin, principal orateur du point de presse, le président Boni Yayi aurait pu dans l’affaire Cen-Sad, constater seulement les faits et instruire la justice pour les suites à donner au dossier. Mais en bon père de la Nation, il a voulu un règlement à l’amiable car ne dit-on pas qu’un règlement à l’amiable vaut mieux qu’un bon procès ? C’est en examinant le dossier, qu’il s’est alors rendu compte de sa complexité, d’où sa transmission sans aucune autre forme de procès à la justice. Même scénario pour toutes les autres affaires à savoir les machines agricoles, l’affaire Icc-Services. Aussi en ce qui concerne les grands travaux routiers, l’opposition a déclaré que le régime du Changement n’a exécuté que 13km de route linéaire ce que El Farouck Soumanou a démenti documents à l’appui. Les jeunes de la majorité présidentielle ont fini en invitant l’opposition à un véritable débat d’idées et non un débat de personne. Car, le meilleur projet de société sera celui qui prendra en compte les aspirations profondes des populations béninoises.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !