Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 06:59

Depuis quelques semaines, des rumeurs ne cessent de s’enfler et font état d’une certaine mauvaise gestion au niveau de la commune de Parakou. Profitant de la descente des éléments de Alidou Koussé dans les locaux de la mairie, les détracteurs ont tôt fait de conclure qu’il y a beaucoup d’irrégularités dans la gestion de Soulé Alagbé. Pour mettre fin à ces rumeurs et rassurer les populations sur ses grandes motivations, l’autorité communale a fait face dans la soirée d’hier aux hommes des médias. Entouré de ces deux adjoints, de son Directeur de Cabinet et son chef cellule de communication, le prince de Tourou a choisi les mots qu’il faut pour clarifier la situation.  Pour donner la preuve de la grande cohésion qui existe au sein du conseil communal, c’est au premier adjoint au maire qu’est revenu le privilège de planter le décor de cette conférence de presse. Dans son propos liminaire, Nonsou a saisi l’occasion pour s’employer à l’exercice du bilan à mi-parcours de leur mandat avant d’aborder la question de la descente de l’Ige dans les locaux de la commune.  Abordant le premier point, l’autorité communale a énuméré les chantiers ouverts par la mairie pour soulager les populations. Sur ce point, il faut retenir que beaucoup de choses ont été faites. Des modules de classe et d’autres infrastructures de développement ont été réalisés. Le maire et son équipe soucieux de l’avenir de la ville ont fourni assez d’efforts pour l’équipement des écoles. Sur le plan de l’assainissement, des efforts ont été également fournis à travers la  réalisation des caniveaux, le rechargement des voies et autres. Pour  mener à bien toutes ces opérations, la commune s’est aussi lancée dans une politique d’acquisition d’engins au profit de la voirie. Au total plus de 52 chantiers sont ouverts pour le bonheur des populations. Certes les conférenciers n’ont pas pour autant trouvé de tort à ceux qui pensent que rien ne se fait car pour eux, ceux-là n’ont sûrement pas compris la nouvelle politique du conseil communal de Parakou qui consiste à faire un clin d’œil aux localités  périphériques dans la réalisation des infrastructures sociocommunautaires. En ce qui concerne le dernier passage de l’Ige à la mairie, le maire Soulé Alagbé et les siens ont précisé que c’est pour la troisième fois que la mairie se livre à l’exercice  comme c’est souvent le cas dans les autres structures publiques.  

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !