Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 01:26

Le président Boni Yayi vient de nommer l’ancien ministre du Général Mathieu Kérékou, Gatien Houngbédji, Haut commissaire à la Solidarité nationale (Hcsn).  Reçu en audience par le chef de l’Etat après, le ministre Gatien Houngbédji qui ne parle pas pour parler s’est confié aux hommes des médias. De sa déclaration, on retiendra que le président Boni Yayi en dépit de ce qu’une frange de la classe politique pense, reste toujours valable. Une façon de dire que le prince du Changement garde ses chances de rempiler intactes.

 

Comme si son soutien était conditionné, nombreux étaient les Béninois qui avaient cru que l’homme allait abandonner Yayi vu que celui-ci ne lui avait pas offert un poste. Mais c’était mal connaître Gatien Houngbédji qui n’a pas soutenu le chef de l’Etat en 2006 dans l’espoir d’obtenir quelque chose en retour mais plutôt pour la vision de l’ancien président de la Boad qui épousait parfaitement la sienne. A présent que le chef de l’Etat lui a fait appel pour l’aider à gérer certains problèmes de la citée à travers le Haut commissariat à la solidarité nationale, il va mettre son expérience au service du gouvernement du Changement surtout en cette période où  le régime et son chef, le Docteur Yayi Boni, sont en difficulté. Il apportera  certainement beaucoup de baume au cœur de la mouvance présidentielle. L’ancien ministre du Commerce de l’artisanat et du Tourisme sous le Général Mathieu Kérékou et ancien président élu de la Chambre du commerce et d’industrie du Bénin (Ccib), président de la Banque of Africa (Boa) Bénin, et président de la Fondation Sikê  a saisi cette même occasion pour lever un coin de voile sur le contenu de la mission que lui a assignée le chef de l’Etat. Selon Gatien Houngbédji qui partage la vision de Yayi Boni sur la solidarité, il y a beaucoup de problèmes sociaux dans le pays. Et lui, qui fait depuis plus de 20 ans des œuvres sociales à titre personnel avec la Fondation Sikê veut mettre son expertise au service de l’Etat afin d’aider ses compatriotes béninois à traverser avec moins de difficultés cette période de morosité économique. Abordant la question de l’élection présidentielle de 2011, le Haut commissaire à la solidarité nationale a laissé entendre  qu’il est très désolé de la manière dont se mène le débat politique. En tant qu’acteur privilégié de la Conférence nationale, il invite les politiciens à ramener dans le forum l’esprit qui a prévalu au cours de cette rencontre. En l’occurrence, l’ancien ministre indique clairement que seul le peuple peut juger le président de la République sur la base de son bilan. Ce n’est qu’après cela qu’il peut ou non lui renouveler son mandat. Il laisse donc transparaître que ce n’est pas le montant de la caution qui va régler le problème, encore moins les débats et mouvements de rues.      

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !